Association crématiste de la Dordogne ACD24

Imprimer Imprimer

Mardi 8 mars 2011, Monsieur Virgo, directeur du crématorium de Notre Dame de Sanilhac, nous a reçu pour faire un point sur la crémation en Dordogne.

Pour lui, le nombre de crémations est en augmentation lente mais régulière et représente actuellement de 12 à 15% des obsèques, chiffre inférieur à la moyenne nationale. En ce qui concerne le nord Dordogne, ce pourcentage est dû à la ruralité ainsi qu’à l’âge des défunts. La mort, jusqu’à ces derniers temps, était un sujet tabou dans les familles. Aujourd’hui ce n’est plus le cas. Il ressort que le fait de ne pas vouloir laisser à une autre personne le soin de financer ses obsèques lié au développement des contrats « obsèques », permet d’aborder plus facilement la mort et d’en discuter avec ses proches.

Les cendres sont pour moitié remises aux familles et pour l’autre moitié remises aux opérateurs de pompes funèbres. 60% de ces cendres ont pour destination des concessions ou columbarium, pour les 40% restant, les cendres sont dispersées à 98% dans les jardins de souvenir, les 2% restant sont dispersées dans la nature.

Pour clore le thème des statistiques, il est à noter que le nombre de décès en Dordogne est en légère baisse et donne une moyenne annuelle de 980 crémations. Ce nombre sera à revoir d’ici 5 ans.

L’arrêté du 28 janvier 2010 concernant les mises aux normes de pollution d’ici à 2018, pose un problème à Monsieur Virgo. Il pense que dans les années à venir, même si les prescriptions prévues dans l’arrêté sont respectées, les pouvoirs publics modifieront ces normes dans le sens où ils décideront d’une obligation forcée à équiper les fours de nouveaux filtres. L’investissement à réaliser est de l’ordre de 500 000 € par four, ce qui aura une répercussion importante sur le coût des crémations facturées aux familles. D’autre part, la mise en service du crématorium de Bergerac aura une incidence sur le nombre de crémations réalisées. Les deux phénomènes liés pourraient provoquer la fermeture de l’un des deux fours, actuellement en fonctionnement.

En ce qui concerne le dépôt temporaire des urnes au sein du crématorium, leur nombre reste peu élevé. Le prix facturé pour ce dépôt est de 40 € par mois au delà du premier mois gratuit.

Nous remercions Monsieur Virgo de nous avoir accordé cet entretien.

Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress. Theme développé avec WordPress Theme Generator.
Creative Commons License