Darnaudguilhem es tornat !

18 mars 2019 | L'occitan | Commentaires fermés

Dins La mòrt vai mai regde que lo vent… setesma enquesta dau plan conegut comissari !

Tiagò Ausenda cramat viu, Leò e toniò Baptista pistolejats, Manò Feniche e Soni Brusamanti enverenats per quauqua salopariá… Coma ditz lo vielh Alfonsò,  la mòrt vai mai regde que lo vent, questes temps a Maraval dins la comunautat dau monde dau Viatge… L’explicacion ne’n es simpla : la tna d’Amanda clama venjança cinc ans aprep sa mòrt violenta demorada non resòuguda. Entre cresenças gitanas e òrra realitat, lo comissari Darnaudguilhem aura bien dau mau a restar la mmalediccion… Mas balha te garda, Darnaudguilhem, la mòrt se raleta tanben a ton entorn…

Temptativa de comparason…

22 janvier 2019 | L'occitan | 1 commentaire

Un pauc perdut dins l' Aula Magna dau Dipartimento di Giurisprudenza de Ferrara, entre Mònica Longòbardi e Estela Ceccarini, revirairitz occitan-italian

Un pauc perdut dins l' Aula Magna dau Dipartimento di Giurisprudenza de Ferrara, entre Mònica Longòbardi e Estela Ceccarini, revirairitz occitan-italian

Quò nos aviá talament plagut lo prumier còp que nos som pas far prejar quante Monica Longòbardi nos tornet convidar. Queste còp quo era per participar ad un « convenio », valent a dire un collòqui sus la literratura occitana moderna. A costat d’universitaris de Pau (J.I.Casanòva), Tolosa (Joela Ginestet), Niça (O.Pasquetti), Ais-Marsilha ( E. Ceccarini), de Turin (M.Rivoira), de Ferrara (G.Pavan) e d’autres intervenants de naut niveu (R.Kaufmann), me sei fach tot pitit au mitan de queu sabrondadís de cultura occitana, per parlar un pauc de queu brave Darnaudguilhem e ausar una comparason coma son flambejant collega sicilian Montalbanò surtit de l’imaginacion d’ Andrea Camilleri. De Segur, Monica Longòbardi a menat d’una man magistrala « quello libro-viaggio in Occitania » jos titrat « E nadi contra suberna , essere trovatori oggi », tornant prener lo vers plan conegut d’ Arnaud Daniel, montrant la dificultat d’èsser un « trobador » au jorn d’auei.

Temptativa de comparason entre Alexandre Darnaudguilhem e le comissari Montalbano d’ Andrea Camilleri, presentada au « convegno » de l’Universitat de Ferrara, lo 21 de novembre jos lo titre « Darnaudguilhem, un Montalbano occitan ? »

Fau pas s’i trompar, ai pas, io , pitit autor occitan, la pretencion de me comparar coma Andrea Camilleri. Quo es desjà èsser plan gloriós que de voler far un parallela entre lo comissari Darnaudguilhem e son prestigiós collega Montalbanò. Que i a de comun entre lo suau policier occitan e lo ratjós sicilian ? Benleu pas la lechotariá quand lo prumier fai son pro daus estecs tròp cuechs, tròp durs, tròp chars dau Cafe dau Miegjorn, e per lors jorns de festa daus entrepans de l’ Augstà dau Bon Viatge, e que Montalbanò se perlecha las babinhas e s’olha daus pitits plats que Adelina, sa chambariera bien aimada li laissa dins lo refregidor o los sopars de prumiera de las auberjas dau bòrd de mar. Darnaudguilhem, pasmens, se podra conortar de temps en temps dins sa familha emb la bona vielha cosina perigòrda facha de fetge gras, de confit de riton, de fromatge de chabra e de « millasson ». Segurament pas mai lo caractari pus leu embarrat e introvertit chas l’occitan, plutôt aisadament esmalit per Montalbanò que esparnha degun quand a mestier de « se passar los nervs » Benleu pas lo contexte politic, qué a Maraval, la Mafia a pas enquera pausat lo pè, mai si los arcandiers d’Euròpa centrala o dau Levant i son venguts botar lor nas. Benleu un pauc la relacion coma las femnas, qué Darnaudguilhem, divorçat amar, au còp traversós e eternau amorós deçaubut se pòt benleu comparar coma Montalbanò e sa malaisada mas Diu mercès londanha companha Livià. Tots dos auran a sufrir, i tornarem, de la fin tragica d’amors impossibles. Benleu pas mai, la pareissença fisica. Ai pas trobat dins Camilleri de descripcion de Montalbanò, mas lo vese pas lonh de la seissantena, brave òme,mai si ditz que presa pas son rebat dins lo miralh, mas un pauc alordesit per la cosina siciliana, trapat a se tombar los piausPer contrapica, lo personatge televisat interpretat per Luca Zingaretti m’a un pauc deçaubut. Pense (pinse ?) Montalbanò mens len, mai marcat per la vita… Lo meu, de comissari, dins sas prumieras aparicions a pas enquera cinquanta ans, es naut de talha, una glena ‘bondosa tota blancha, e boitica de la chamba mança per seguida d’un accident de rugbi . Lo demorant es laissat a l’imaginacion dau legeire.Au fiau de l’aiga, saurai que Montalbanò, parier coma Darnaudguilhem venen vielhs coma lors autors e passan l’un de 45 ans (le voleur de goûter) a 56 (l’ Età del Dubbio), l’autre de quaranta a cinquanta entre Sorne Trasluc e la Mòrt vai mai regde que lo Vent . Salvò Montalbanò perdet sa mair quand era nonmàs un drollichon e fuguet abarit per un pair solitari, que sembla pus tard se’n èsser eslunhat. Alexandre Darnaudguilhem, dich Sandron, eu, fuguet confiat tot pitit a la familha Faidit, braves paisans de Nauta-Dordonha, coconat emb amor en despiech de la jalosia dau filh de la maison. ‘Vancès queu pòrt de patz, que l’acuelha totjorn, sera estat maumenat, borrat, brimat dins quauquas familhas que eissaiara d’obludar, mas que li laissaran un prigond desgost per la violéncia e l’injusticiá.

Diriatz qu’au prumier còp d’uelh,’laidonc, i a pas grand chausa a ‘pruesmar quilhs dos policiers tant eslunhats dins l’espaci. E pertant ! Lo comissari Darnaudguilhem ne’n era a sa tresena aventura (Vautres que m’avetz tuada, 2013), quante faguí coneissença de Montalbanò. Dise quò per èsser pas acusat de plagiat ! Tanleu ma prumiera rencontra, sentii ‘na comunautat d’esperit entre quilhs dos òmes, quela mesma espiada plena d’indulgéncia e d’umanitat sus lors contemporans, que sián victimas, o simplament collaborators, amics, vesins, o quites assassins, queu mesme besonh d’umor, daus uns còs de burlesque, de belas espofidadas per temptar d’eschapar a l’orror que ne’n son tròp sovent los temonhs. E puei i a lo quadre que i evoluan dedins. Segur, Maraval es pas Vigatà, mai suausa, enquera qué… mas tanben vila imaginariá, dins un país imaginari, dins una Occitania creada per l’enchaison. Vigatà exista pas mai que lo país de Montelusa, chara a Pirandello, mas los exegetas de Camilleri y vegueren l’evocacion de Porto Empedòcle, vila nadiva de l’autor. Maraval retira un pauc lo suau Perigüers, plan lonh de la mar, plan coneguda per son fetge gras, sa sauça de trufas, sa catedrala bizantina e tot parier lo passatge a la Cort de las Ajudas d’un dich Micheu de Montanha a la fin dau segle XVI… Mas qué se tiressan de lor plaça bien aimada e intima, veilos-quí cloncats dins la realitat, l’un a Palerma, l’autre a Bordeu. E la còla de Montalbanò, quala còla ! E la de Darnaudguilhem, pas mau pas mai. Qué dire de Mimí Augellò, fumelaire, vau plan Ange Le Goff enchabitrat entre sas doas identitats còrsa e bretona mas totjorn l’uelh a la gaita,dau Fideu Fazio, quasi replica dau discret e totjorn present Tahar Ben Ahmrane, e l’agent Jarjeta que sap nonmàs far lo cafè fai-t-eu pas pensar (pinsar ?)au pas de creire Catarella,maladrech, dau parlar que se pòt a penas comprener e que es un daus atrachs de las enquestas de Montalbanò. I a tanben dau costat sicilian lo  « jalinier » Gallò e Galluzò, dau costat occitan lo gròs Peironin, ancian catchaire,violent,racista, lo magre e buraud Barbancès, grand amator de corsa de pè, que tot lo monde prend per un arpelut…sicilian, e l’aparicion fina e blonda dins la vita de Darnaudguilhem de Guita Beringuier, que s’avalira en laissar una nafra prigonda au còr dau comissari. Sera remplaçada per lo sorne Diagana Traòre que a menat de son Mali natau un don de garissaire tradicionau… Seran aidats per lo pitit Riublandon, mens bafelha que Jaccomuzzi e per lo legista Masdelbòsc, benleu mai amistós que Pasquanò, mas que se complatz dins la companhia daus cadabres e que son mai grand plaser es de desgotar son amic Darnaudguilhem per la descripcion puntilhosa de sos descopadís e de las orrors rencontradas dins son estranha besonha. Obludem pas tanben lo jornalista Tardiu, tot plen mens amistós que Nicolà Zitò e la plasenta jutja d’instruccion Rosalina Lavernha, vagament amoretada de son brave comissari. Fau marcar que nòstres dos policiers an pas paur de se far ajudar per dau monde pas vertadierament dins la lei, Gegè, amic de totjorn de Montalbanò, macareu de naut niveu, e Marcelon-Det-de-Fada que vendra chasque còp que faudra au secors de son ami Darnaudguilhem per botar a dispausicion sos dons de sarralhier pas ordinaris.

E, nòu libres de temps, per l’ora, quela fina còla, jos la conducha benvolenta e clarvesenta de lor comissari, vai enfaciar emb maitot bona umor los misteris que secoden Maraval e sos ranvers( veire en bas de la pagina). Aquí, i a presque de qué far concuréncia a la vintena (mai mai !) d’enquestas de Montalbanò.

Per ‘complir queu pitit trabalh, ai de segur tornat legir mai d’un titres e legit d’autres que m’eran inconeguts. E lai enquera, de las semblanças me son aparegudas : los esqueletas de las Tòrnas de Giraudós farián-t-ilhs pas resson à los de « il Cane de Terracotta », l’enquista de Darnaudguilhem dempuei son liech de dolor fariá –t-ela pas pensar a la resolucion per Montalbanò, que es vertadierament doat, d’un crime per telefòne ? Lo nejat de Maraval que passa au fiau de l’aiga es lo frair de lo que floteja dins lo pòrt de Vigatà, e subretot las mòrts violentas de l’inspectritz Guita Beringuier (la Mòrt Vai mai Regde que lo Vent) e la de la luòctenenta Laura Belladonna (l’Età del Dubbio)laissen de las plaias badantas dins los còrs de nòstres comissaris tan pariers dins lors sentiments…

E puei, i a la lenga, lo parlar lemosin respond mot per mot au parlar sicilian, en crear queu despaïsament que pòrta una sabor especiala a las situacions, a las enquestas, a las descripcions, au biais de dire daus actors. Chas Darnaudguilhem, tot se passa en occitan, revenja de l’autor per far viure quela lenga maudicha, mostrant sa vitalitat e sa capacitat de tot dire. Montalbanò se sierv de son dialecte nonmàs per moments, coma dau monde simple o sos amics d’enfància, mas espebra tot son texte de « sicilianismas » d’un biais un pauc provocaire e subversiu a l’endrech de legeires ‘bituats a ‘na lenga mai classica. Segur, la revirada dau lemosin sera mens malaisada de far que la dau sicilian, mas per l’ora, en respect a la difusion daus romans que Darnaudguilhem ne’n es l’eròi, la question se pausa pas enquera ! Lo dialecte sicilian que nautres occitans coneissem, ailas, nonmàs par las reviradas plan plasentas de Maruzza Loria e Serge Quadruppani, presenta, si ne’n cresem los reviraires e los quauques bocinons de queu parlar que nos laissen saborar, de las semblanças per la frequença de l’aferesa, tan chara aus lemosins, l’emplec sens retenguda dau preterit que es tanben una marca de fabrica occitana e l’usatge dau pronom reflexiu, en occitania tanben un se minja de las chausas, un se prend un manteu… Daus linguistas saberuts trobarián benleu d’autras semblanças entre los dos parlars. Los reviraires ilhs mesma, avoen-t-ilhs pas usar dins los cas malaisats de mots de la lenga occitane que lor semblan mielhs revirar los de Montalbanò ?

Veiquí, dins queu vai e ven un pauc en desboira entre Vigatà e Maraval, espere aver montrat que quela temptativa de comparason era pas tan faròia que quò. Per ‘chabar de vos convencer, i a pus nonmàs per vos legir los romans ente se montra Darnaudguilhem dins quel occitan que ne’n sabetz tot, mercès a vòstra estimada professor Monica Longobardi. E benleu, jos tendretz vos ma demarcha (fictiva…) per bessonar Vigatà e Maraval !

 

Obratges botant en scena lo comissari Darnaudguilhem dins la vila de Maraval

Murtre dau goró de la secta daus Frairs de las Estelas (Sorne Trasluc 2004) Decuberta d’un esquleta de tròp dins la cròsa ente fugueren saboturats los sodards alemands tuats per lo maquis a la darriera guerra (Las Tòrnas de Giraudós 2010) Assassinat de dos medecins de Maraval (Vautres que m’avetz tuada 2013) Resolucion d’un vielh crime e d’una disparicion qué un einocent ne’n faguet dietz ans de gabia (Chamin de Copa-Gòrja 2015) Assassinat de dos empluiats de prefectura en charja de l’immigracion e boirats a daus trafics mausantós (Sevdjie 2016) Mòrt d’una endechada mentala dins son fogier (Un Tan Doç Fogier 2017) Malediccion que bomba sus lo Monde dau Viatge (La Mòrt vai mai regde que lo Vent 2018)

Retorn sanhós sus l’istòria coloniala de l’Occitania Enquesta sus lo tresaur escondut d’un arpelut nonmàs surtit de preison Enquesta sus un nejat misteriós (Quilhs tres darriers obratges non enquera publicats)

E demai, quauquas novelas paregudas dins Novelum, butletin de l’ Institut d’Estudis Occitans : Cherchatz la femna, Un libre pòt ne’n clachar un autre.

Ai gut lo plaser d’encontrar doas estudiantas que Monica a trobat judiciós de far trabalhar sus quauquas novelas tiradas de « Lo viatge aquitan » e de « Ҫò-ditz la Pès-Nuts ». Gabriela Maria Morga a trabalhat sus « lo sendareu daus ginebres » e Lorenza Brasile sus « lo darrier cebier ». Una tresesma trabalha sus la novela titre dau « Viatge aquitan ». Paubras dròllas !

Voir le Fichier : Brasile_tesi_rivista_per_lautore.pdf
Voir le Fichier : Morga_Gabriella_Maria_-_Tesi_Definitiva.pdf

Simon de Monfort, 800 ans après

23 septembre 2018 | Les chroniques | Commentaires fermés

Il y a 800 ans, devant Toulouse, le 25 juin 1218 meurt Simon de Montfort, tué par une pierre lancée par un engin manié par des femmes… Ainsi se termine la vie de celui qui fut le bourreau de l’ Occitanie médiévale, celui qui obéit sans hésiter au « Tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens » d’Arnaud Amaury, légat du pape Innocent III, au siège de Béziers. Puis, pendant six ans, il inscrit une trace sanglante dans toute l’Occitanie : Carcassonne, Mirepoix, Pamiers, Saverdun, Preixan, Minerve, Termes, Lastours, Castelanaudary, Bram, Albi, puis en Agenais e même en Périgord où il vient pourchasser l’hérétique Bernard de Cazenac jusque dans son château de Castelnaut. La lutte contre l’hérésie s’est transformée en une vaste mise en proie du pays dont Simon se voit bien le seigneur.. Puis c’est enfin le deuxième siège de Toulouse qui a ouvert ses portes au Comte Raymond VII… Le deuxième chroniqueur de la Croisade des Albigeois salue ainsi la mort de Simon : Si pour tuer des hommes et répandre le sang, pour perdre des âmes, pour consentir à des meurtres, pour croire des conseils pervers, pour allumer des incendies, pour détruire des barons, pour honnir Paratge, pour prendre des terres par violence, pour faire triompher orgueil, pour attiser le mal et éteindre le bien, pour tuer des femmes, égorger des enfants, on peut en ce monde conquérir Jésus-Christ, Simon, tu dois porter couronne et resplendir dans le ciel !

Cette Histoire terrible qui est celle de tous les Occitans n’a guère été relatée par l’Histoire de France. Simon de Montfort est même présenté comme un grand défenseur del’Eglise et c’est à ce titre que son portrait est commandé par Richelieu pour sa galerie des Hommes Illustres… La présence inexpliquée de ce portrait au château renaissance de Bourdeille a été vécue comme une provocation dans ce bourg occitan s’il en est un !

C’est pourquoi l’association Pampaligòssa a invité Katy Bernard, médiéviste et occitaniste de l’université de Bordeaux Montaigne à venir parler de la Canson de la Crosada dont elle a donné une lecture originale où elle montre comment lo continuateur anonyme auquel on doit la seconde partie de la Canson révèle que la mort de Simon était inéluctable après le choix d’Innocent III de lui attribuer le comté de Toulouse contre l’avis de Dieu… Le pape avait effectivement lu dans les saintes écritures dont il faisait usage lors de séances de libromancie que ce comté devait revenir à Raymond VII, mais n’avait pu résister au « lobby » des cardinaux partisans de Simon ! Dès lors, Simon était condamné, et «  la pierre devait frapper où il fallait… » Cette conférence passionante fut suivie d’un poème musical par le groupe bordelais Dies Irae où la voix de Caty vint réveiller les murs de la grand salle du chäteau de Bourdeille qui ne l’avaient plus entendu depuis longtemps ce superbe occitan médiéval.

Doas publicacions novelas !

6 janvier 2018 | L'occitan | Commentaires fermés

Un tant doç fogier

Lo comissari Darnaudguilhem a enquera tustat ! Per lo sesesme còp, veiqui nòstre doç comissari en presa coma daus tuaires. Queste còp quo es dins un brave pitit chasteu a la surtida de Maraval… L’Espelida… Una quarantena d’endechats mentaus i menen una vita suauda e protegida. Per lo mens, zo deurián… La mòrt de Ludivina, dicha Lulu, d’evidéncia assassinada, ven far espetar l’eimatge immaculat de l’institucion. E quo es pas la mòrt violentat d’un daus educators los mielhs aimats quauques jorns pus tard que vai ajudar lo trabalh dau comissari Darnaudguilhem e de sa fina còla que van ‘nar d’orror en orror. L’Espelida, un tant doç fogier…

Cronicas de Vent-li-bufa

Per los amators d’istòrias plasentas e leugieras, fau ben chamjar un pauc, veiqui la reedicion de las Cronicas de Vent-Li-Bufa, en un sol pitit volume, emb quauquas novelas ilustracions de Francesa Caillet e dos discs per poder escotar l’autor vos legir quelas cronicas dau vilatge de Chantagreu sus Claraiga. E se’n passa  de las chausas ! entre un curet sens ovelhas, un medecin que vai talament sovent chas sa practicas que son chafre es Chaminot, daus vielhs un pauc femnassiers , daus beveires garits o qui son pas prestes de z’èsser, daus vesins que s’aiman gaire, un celibatari un pauc baròque que a sa sauma Friqueta tant faròia coma eu per tota companhiá, un baron que a perdut sa fortuna e un pauc sa testa… E tot vai pas per lo mielhs dins queu vilatge que chscun plaçara ente vòu sus la carta o dins sa memòria…  Per un còp dins Ganhaire, risolada assegurada !

Vers un bessonatge besiers-Maraval ?

2 août 2017 | L'occitan | Commentaires fermés

vaste programme

vaste programme

Rasseguratz vos. Segur, Besiers es pas çò que i a de mielhs per entretener de las relacions amicalas, mas,d’un autre costat, Maraval exista pas… Quo es la vila desenant mitica ente sevit lo comissari Darnaudguilhem e sa còla farfòlha, mas plan efficaça. Una vila occitan ente vam au collegi Micheu Chapduelh, au liceu Joan Ros, ente podem restar cors Lesfargas o baloard Dau Melhau. Dau seriós, qué. Quela vila emb sos vielhs quartiers, sa riviera, sos quartiers popularis s’es bastida pauc a pauc au long de las enquestas d’ Alexandre Darnaudguilhem, dich Sandron : Sorne Trasluc, Las Tòrnas de Giraudós, Vautres que m’avetz tuada, Chamin de Copa-gòrja, Sevdije e lo a venir e plan esperat Un Tan Doç Fogier. Quo es laidonc quela vila que los ensenhaires d’occitan e de catalan de l’academia de Monpelhier an chausit per trabalhar sus « l’Imaginari ». Vaste programa que l’autor s’i es prestat tan bien que mau doas oras de temps au Centre d’Informacion e de Documentacion Occitanas (CIRDOC) que es situat…a Besiers. Doas oras risolentas que los ensenhaires an aprofechat per auvir parlar un pauc lemosin…

Et maintenant la version française !

Vers un jumelage Béziers-Maraval ?

Rassurez vous. Certes, Béziers n’est pas frocément la ville idéale pour entretenir des relations amicales, mais d’un autre côté, Maraval n’existe pas… C’est la ville désormais mythique où sévit le commissaire Darnaudguilhem et son équipe farfelue mais bougrement efficace. Une ville occitane où l’on va au collège Michel Chadeuil, au lycée Jean Roux, où on peut habiter Cours Lesfargues ou boulevard Dau Melhau. Du sérieux, quoi. Cette ville avec ses vieux quartiers, sa rivière, ses quartiers populaires s’est construite peu à peu au fil des enquêtes d’ Alexandre Darnauguilhem, dit Sandrou : Sorne Trasluc, Las Tòrnas de Giraudós, Vautres que m’avetz tuada, Chamin de Copa-gòrja, Sevdije, et le très prochain (et attendu !) Un tan doç fogier. C’est donc cette ville que les enseignants d’occitan et de catalan de l’académie de Montpellier ont choisi pour travailler sur « l’Imaginaire ». Vaste programme auquel l’auteur s’est prété tant bien que mal pendant deux heures au Centre d’Information e de Documentation Occitanes (CIRDOC) qui se trouve… à Béziers. Deux heures d’amusement pendant lesquelles les participants ont pu entre autres entendre parler un peu limousin…

une assistance studieuse !

une assistance studieuse !


écoutez bien, jeunes gens !

écoutez bien, jeunes gens !


Pour Maraval, suivez le guide. (En PDF)

Premio Ostana 2016

26 mai 2017 | L'occitan | Commentaires fermés

un pauc pretencios de la conferéncia...

un pauc pretencios de la conferéncia...

Antan, i aguet quilhs braves jorns passats a Ostana dins las valadas occitanas d’Italia e ne’n ai parlat desjà lonjament, que quò ne’n valiá la pena ! Ujan, quo es l’Universitat de Ferrara que me convidet per rencontrar los estudiants de filologia romana dins l’encastre de las oras consacradas a l’occitan. Lor professor, Monica Longobardi, que ‘viá encontrada a Ostana aviá preparat sos estudiants a rencontrar quauques autors occitans demest losquaus Aurelia Lassaque, jòuna poetessa d’Olt, e la familha Cavalcanti colada de lor valada dau Piemont. Doas oras de temps, ai pogut parlar, emb l’ajuda de Monica sus la creacion literaria occitana davant un centenat de jòunas e de jòunes atentius, que tres d’entre ilhs se son perpausats de trabalhar sus quauquas novelas e quauques romans de vòstre servitor… En mai de quò, una recepcion princiera per Monica e son òme Saurò dins una vila agradiva ente serián plan demorats mai de temps. Segur que tornarem a Ferrara !

E, au retorn pita surpresa, venguda justament d’ Ostana : una videò virada i a un an, ente sus fons de cementeri e de lectura maitot trista, se pòt coneisser un cicliste occitan…

Monica Longobardi e un de sos estudiants

Monica Longobardi e un de sos estudiants


Joan Ganhaire al Premio Ostana 2016

Pour la vidéo, cliquez ici : Joan Ganhaire al Premio Ostana 2016

Omenatge a Joan Ros

27 mars 2017 | L'occitan | Commentaires fermés

Una sala plena a Lagulhac de Cercles

Una sala plena a Lagulhac de Cercles

Nòstre vielh amic e mestre de pensar Joan Ros (Jean Roux) nos a laissat en décembre dernier. Aprep son trabalh sus lo Libre Negre, veniá de chabar una òbra monumentala sus los comptes de la Vila de Perigüers  entre 1320 e 1490. 1200 paginas de transcripcion daus manescrichs iniciaus, 250 pajas de lexic, 80 paginas  d’index daus noms e chafres presents, lo trabalh acomplit pòt nonmàs laissat estabalausit…

Joan Ros, que ne'n gardarem lo sovenir de quela espiada petilhanta...

Joan Ros, que ne'n gardarem lo sovenir de quela espiada petilhanta...

Aprep la ceremonia plan esmajanta ente pogueren tornar veire e auvir nòstre Joanton sus lo montatge fotò e sonore preparat per sa familha , nos a semblat naturau de consacrar una serenada dau Cafe de Lagulhac a l’òbra e a l’òme que a tant comptat per nautres. E quo es una cinquantena de personas vengudas de pertot que emplisseren la sala queu dimars lai. Quò fuguet l’enchaison d’evocar lo sovenir de Joan, que tots los presents avián conegut e que per una bona partida los ‘viá esvelhat a la consciença occitana. Fondador de l’IEO Dordonha en 1971, dançaire, chantaire, trabalhaire sens pausa, ensenhaire, a saubut menar tots los que an crosat son chamin sus las dralhas de la lenga e de la cultura occitanas.  Avem pas chabat de ne’n parlar de nòstre Joanton. Laissa un grand voide e un subrebeu sovenir.

Sevdjie suit son petit bonhomme de chemin

21 décembre 2016 | L'occitan | Commentaires fermés

Limoges: de g à d: joan dau Melhau, jean Pierre Lacombe, Monique Sarrasin, J.G

Limoges: de g à d: joan dau Melhau, jean Pierre Lacombe, Monique Sarrasin, J.G

La bibliothèque de Limoges et la librairie Sauramps de Montpellier  ont invité l’auteur pour parler un peu de ce petit roman policier sur fond  de trafic d’organes et d’immigration clandestine… A  Limoges, c’est le grand prêtre Jan Dau Melhau qui officiait, présentant trois auteurs limousins encore vivants ! A côté de Sevdjie, Monique Sarrazin et ses récits touchants sur les petites gens, et Jean Pierre Lacombe et sa superbe poésie. A Montpellier, c’est Jean Claude Forêt qui présentait au public les derniers écrits de trois auteurs, l’incontournable Florian Vernet pour « La nau daus fòus », le nouveau venu Thierry Offre pour « lo Luec d’enluec », et l’invité limousin qui a finalement fait bonne figure dans cette ambiance languedociano-provençale…

Monpellier de g.à d: Florian Vernet, J.G. Jean Claude Foret, Thierry Offre

Monpellier de g.à d: Florian Vernet, J.G. Jean Claude Foret, Thierry Offre

Le prix Brantôme

6 novembre 2016 | Les chroniques | Commentaires fermés

de g.à d. Josette Lespinasse, présidente des Amis de Brantôme, J.G, Anne Marie Cocula, présidente du jury, la représentante des éditions Fayard, Michel del Castillo étant empêché

de g.à d. Josette Lespinasse, présidente des Amis de Brantôme, J.G, Anne Marie Cocula, présidente du jury, la représentante des éditions Fayard, Michel del Castillo étant empêché

Le prix Brantôme, que les habitués de ce site connaissent bien, vient de fêter son dixième anniversaire. Cette année, au menu, les biographies d’ Ernest Renan, Charles X, Robespierre et Goya. C’est le peintre espagnol qui l’a emporté d’une courte tête devant Ernest Renan. Il faut dire que Michel del Castillo, auteur de cet ouvrage a su parfaitement replacer Francisco Goya dans l’ Espagne troublée de la fin du XVIII et du début du XIX siècle, dans le style impeccable qu’on lui connait. Ame tourmentée entre un désir de réussite mondaine et le désir d’exprimer de façon terrible ses fantasmes et la réalité sociale effroyable de l’époque, le peintre a connu une existence déchirée dans cette Espagne martyrisée par Napoléon, Espagne qui essaya vainement de s’inspirer des idées révolutionnaires avant de retomber sous la tyrannie de Philippe VII . Goya finira par fuir son pays pour trouver refuge à Bordeaux où il finira ses jours.

Petite nouveauté, madame la Présidente, Anne Marie Cocula a pour la première fois confié à un membre du jury, devinez lequel, la tâche de faire la présentation de l’ouvrage lors de la remis du prix. Sans doute avait-elle été intriguée par la passion que j’avais mise à défendre cette biographie.

Je me permets de joindre, pour ceux qui en auront le courage le texte que j’ai donc lu ce jour là.

 


Je crois que je dois tout d’abord remercier Madame la Présidente de m’avoir confié l’honneur du petit discours d’introduction à la remise du prix Brantôme à la biographie de Goya par Michel de Castillo. Je crois que lors des débats, elle a compris que je portais à ce peintre une affection particulière au grand dam d’ Ernest Renan qui saura j’en suis sûr prendre un jour sa revanche…Permettez moi d’introduire quelques éléments de ma propre biographie dans celle du grand artiste…Ma relation avec Goya remonte à mes plus lointains souvenirs : présence dans le salon familial d’un autoportrait du peintre, une copie, hélas, donnée à mes parents par un peintre juif caché pendant les année sombres de l’après-guerre, et ce visage rond, au regard sombre a veillé sur nous pendant longtemps, jusqu’à ce que un déménagement le prive de sa place d’honneur. Et aurais je la prétention de dire comme Cioran que je suis né dans la bibliothèque de mon père? Toujours est-il qu’un grand livre blanc à la couverture ornée d’une figure grimaçante et tordue et des quatre grandes lettres GOYA que je savais déjà déchiffrer a longtemps nourri ma curiosité et ma fascination : corps difformes, sourires édentés, yeux dilatés par la souffrance ou la peur… Ce n’est que bien plus tard, à l’occasion de voyages en Espagne et de visites du Prado que j’ai pu faire connaissance avec les autres manières du peintre: décors religieux superbes, mais souvent conventionnels, peintures populaires, cartons de tapisserie, portraits.Mais c’est en lisant la biographie de Goya par Michel de Castillo que j’ai compris à travers les épisodes d’une vie tourmentée par la recherche du succés et de l’argent, les amours contrariées, la maladie, la double personnalité du peintre. A côté du peintre d’église, de l’académicien, s’est réveillé l’autre Goya, celui qui savait visiter, peindre et graver les ténébres, que les sorcières, les monstres et l’enfer n’effrayaient pas, tellement proches de la réalité d’une Espagne terrifiante, si méschamment caricaturée dans les « Caprichos ». Il ne faut pas s’étonner que seul au XIX° siècle, Baudelaire ait reconnu en Goya un frère en noirceur qui aurait si bien pu illustrer « le revenant » ou « la métamorphose du vampire ». Ce sombre génie s’exprimera encore après les années de guerre où les gravures renverront dos à dos les atrocités commises par les français et les espagnols. Bien sûr, les aquitains ou nouveaux aquitains que nous sommes ne peuvent passer sous silence les dernières années de Goya dans ce Bordeaux, déjà ville espagnole, ou il trouvera refuge loin de sa famille, mais près des amis qui comme lui auront fui le régime autoritaire de Ferdinand VII. Ce seront encore gravures et lithographies, les taureaux de Bordeaux et quelques portraits, dont l’ultime « laitière ». Goya, mêlé durant sa vie à la fois aux grands d’Espagne et à la misère d’un peuple abandonné, aura mené et exprimé dans son oeuvre cette existence double si bien décrite par Michel de Castillo.

Et puis je me suis souvenu, que, il y a quelques années, dans une nouvelle écrite à la demande d’amis catalans, j’avais à ma façon rendu hommage au peintre en glissant un de mes personnages dans un de ses plus fameux tableaux, que vous reconnaîtrez sûrement. J’ai obtenu de Madame la Présidente l’autorisation de vous en livrer la version originale dans un occitan aux sonorités proches de celles du castillan, qui rassurez vous, sera suivie de sa traduction française…

 

Un ancien soldat périgourdin qui a fait la guerre d’Espagne sous Napoléon, rempile avec un camarade sous Louis XVIII pour tenter d’affermir le trône de Ferdinand qu’ils avaient contribué à renverser quelques années avant…

 

E veiqui perque, som quí tots dos, coma vint mile autres e set mile cavaliers, jos las mans dau mareschau Moncey. Quo es pus las aglas imperialas que nos flotejen dessus, las flors de leri, fau se’n contentar.  I a quauques jorns, una partida de l’armada, jos las mans dau generau Michenet a passat la montanha e s’es enfonçat en país enemic. Quo es a nautres de passar lo Pertuis. Los sergents z’an dich que a miegjorn l’armada anava far movement sus una vila que s’apela la Jonquiera. Io quante era en Espanha, quo era pas de queu costat que avem combatut. Marchas, contremarchas, Navara, Castilha, Burgòs, Valladòlid, lo freg, la comassa, Madrid. A ! Madrid… Nos lor portavam un rei tot nuòu, frair de l’Emperor, demai en part de lor babòia de Ferdinand e de son Gòdòy e veiqui que n’eran pas contents. Me sovene de queu començament de mai, ente la revòlta abrandet la vila e sen prenguet a los que eran per lo Rei Josep. Quo era sens comptar sus Murat e sa cavalariá que te’n fagueren una brava tuariá, e nautres los fantassins agueren nonmas chabar lo trabalh. Ne’n avem fusilhat pas mau, de quilhs gusards. Fau ben dire que quo era daus cranes goiats que avián pas paur de la mòrt. La nuech era tombada, dins los barris de Madrid. A nòstra drecha, l’ombra d’un cluchier e quauquas maisons, per terra  una bela lampa donava ‘na lum rossa pro podenta per esclairar quatre òmes, un monge   benesissiá los cadabres sanguinós de dos fusilhats de fresche,io, garde subretot l’eimatge d’un grand galhard daus piaus cresputs, de genuelhs, que semblava tirar sus se tota la lumiera, chamisa blancha e culòtas rossas, que, au moment que avem fait fuòc a levat los dos braç au ceu en credar quauquaren ente era question d’ Espanha. A nòstra drecha, un pitit grope que vesiam pas tròp unlava de rauja e de dolor e venguet se foitar sus los còrps nonmas tombats. Los laisserem purar lors mòrts. Aviam d’autre monde a fusilhar.  

 

Et voilà pourquoi, nous sommes là, tous deux, avec vingt mille autres et sept mille cavaliers, sous les ordres du maréchal Moncey. Ce ne sont plus les aigles impériales qui flottent au dessus de nous, les fleurs de lys, il faut s’en contenter… Il ya quelques jours, une partie de l’armée, sous les ordres du général Michenet, a passé la montagne et s’est enfoncée en pays ennemi. Maintenant c’est à nous de passer le Pertuis. C’est les sergents qui l’ont dit, qu’à midi, l’armée allait faire mouvement sur une ville qui s’appelle la Jonquière. Moi, quand j’étais en Espagne, ce n’était pas de ce côté que nous avons combattu. Marches, contremarches, Navarre, Castille, Burgos, Valladolid, le froid, la canicule, Madrid. Ah ! Madrid ! On leur apportait un roi tout neuf, frère de l’ Empereur, à la place de leur fantoche de Ferdinand e de son Godoy, e voilà qu’ils n’étaient pas contents. Je me souviens de ce commencement de mai, où la révolte embrasa la ville et s’en prit à ceux qui étaient pour le Roi Joseph. C’était sans compter sur Murat et sa cavalerie qui en firent un beau massacre, e nous les fantassins nous n’avons eu qu’à terminer le travail. Nous en avons fusillé pas mal de ces gueux. Il faut bien dire que c’était de rudes gaillards qui n’avaient pas peur de la mort. La nuit était tombée, dans les faubourgs de Madrid. A notre droite, l’ombre d’un clocher et quelques maisons, par terra una granda lampe donnait une lumière jaune assez puissante pour éclairer quatre hommes, un moine bénissait les cadavres sanglants de deux fusillés de frais, moi, je garde surtout l’image d’un grand gaillard aux cheveux crépus, à genoux, qui semblait attirer sur lui toute la lumière, chemise blanche et culottes jaunes, qui, au moment où nous avons fait feu a levé les deux bras au ciel en criant quelque chose où il était question d’ Espagne. A notre droite, un petit groupe que nous ne voyions pas trop, hurlait de rage et de douleur et est venu se jeter sur les corps qui venaient de tomber. On les a laissé pleurer leurs morts. On en avait d’autres à fusiller.

Sevdjie

8 octobre 2016 | L'occitan | Commentaires fermés

Amators de frijoladas, de misteris, vatz èsser servits ! Lo comissari Darnaudguilhem es tornat ! Queste còp, quo es los empluiats de la prefectura  que tomban coma de las mochas dins las ruas de Maraval… E quo es una òrra dralha que se drueba per lo comissari e sa fiera esquipa… Mas, coma sovent, una dralha ne’n pòt clachar una autra e la tòrna de Sevdjie, la brava Kosovar, ne’n chaba pas de credar venjança. E la fina e blonda Guita Beringuier, la novela recruta, es pas la darriera a montrar sas capacitats dins quela enquesta malaisada ente se boiran arcandiers vertadiers e refugiats politics…

Quo es la cinquesma enquesta dau aurà plan conegut comissari daus piaus blancs e dau cur sensible.

A propos

Jean Ganiayre, Conseiller Général du Canton de Brantôme,

Président de la 3°Commission (Sociale),

Président du Bureau de la Commission Locale d’ Insertion du Nontronnais.

Membre de la Commission des Droits à l’Autonomie des Personnes Handicapées,

Membre du Conseil d’ Administration de l’Agence Culturelle Départementale,

Membre du C.A. du Conservatoire à Rayonnement Départemental (Ancienne Ecole de Musique),

Membre du C.A. de Ciné-Passion.

Et ce n’est pas tout !

Président du G.A.L. Leader du Périgord Vert (fonds européens),

Vice-Président du Pays Périgord Vert.

Et…

Délégué à la Langue et Culture occitanes,

Délégué aux affaires médicales,

Membre de la Commission Préfectorale Nature, sites et Paysages.

Je crois que c’est tout. (et puis bien sur, membre des Conseils d’ Administration des trois établissements médico-sociaux du canton : Maisons de retraite de Brantôme et Bourdeille, Foyer d’Accueil La Prada à Bourdeille).

 

mai 2019
L Ma Me J V S D
« mar    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Catégories

Archives

Visitors Online