Le département

La bannière occitane

3 août 2015 | Le département | Commentaires fermés

Josiane Eyssalet, enseignante bilingue à la maternelle de Brantôme brandit fièrement la bannière occitane... Derrière elle, ses collègues Bénédicte Bernegoue et Françoise Texier

Josiane Eyssalet, enseignante bilingue à la maternelle de Brantôme brandit fièrement la bannière occitane... Derrière elle, ses collègues Bénédicte Bernegoue et Françoise Texier

Régine Anglard, nouvelle conseillère départementale de Terrasson, vice -présidente chargée de la Culture et de la Culture occitane, Stéphane Roudier, maire de Condat sur Vézère, militant occitaniste de premier ordre...

Régine Anglard, nouvelle conseillère départementale de Terrasson, vice -présidente chargée de la Culture et de la Culture occitane, Stéphane Roudier, maire de Condat sur Vézère, militant occitaniste de premier ordre...

Manifestation paisible, mais fermement décidée à se faire voir et entendre pour maintenir l’enseignement des langues régionales en 6°, menacé par la réforme des collèges. A l’initiative du Collectif pour la Langue Occitane regroupant Institut de la Langue Occitane, Calendretas, groupes du Bournat et associations sympathisantes (CPIE, Tricycle Enchanté, Fédération d’enseignants…) 250 personnes ont animé en rouge, or et musique les rues de Périgueux et la place de la Clautre aus cris de « Quo es pro d’estre mespresats » avant d’entendre les discours résolus de Martial Peyrouny, enseignant d’occitan, Jean Louis Lévèque, président de l’IEO et de M. Boudy, président du Bournat. Tous ont insisté sur l’absolue nécessité de maintenir les filières mises en place depuis quelques années et qui proposent dans certaines écoles et leurs collèges un cursus complet de la maternelle à la troisième, pour certains jusqu’au lycée. Ces cursus souhaités par le Recteur et mis en place à Sarlat, Ribérac, Brantôme seraient mis à mal par la réforme, alors qu’ils connaissent un succès important. Ce n’est pas le hasard si de nombreux collégiens et leurs parents avaient rejoint leurs enseignants dans la manif du samedi 6 juin. Cette manif venait également en soutien à David Grosclaude, conseiller régional d’ Aquitaine en charge des langues régionales qui avait entamé un grève de la faim pour dénoncer le refus de l’Etat de s’associer à l’Office Pour la Langue Occitane, structure votée à l’unanimité et mise en place par les Régions Aquitaine et Midi Pyrénées. Une délégation a ensuite été reçue par le Préfet afin de faire remonter le mécontentement des occitanistes au Ministère. Une bouteille à la mer ?

P.S : il semble que l’action de David ait eu pour conséquence le renouvellement de la promesse du Président Hollande de ratifier la Charte Européenne de Langues Régionales, présente dans ses promesses de campagne. Veiram ben !

les élèves du collège de Brantôme et leur professeur Martial Peyrouny, initiateur de la manif

les élèves du collège de Brantôme et leur professeur Martial Peyrouny, initiateur de la manif

Le scrutin de tous les dangers…

4 mai 2015 | Le département | Commentaires fermés

C’était le scrutin de tous les dangers : una ambiance nationale épouvantable, une gauche divisée, un Front National avide de voir se concrétiser la poussée qu’il connait dans les sondages, de nouvelles modalités de scrutin propres à déjouer tous les pronostics… Si au niveau national les sombres prévisions se sont malheureusement confirmées, il ne’n a été que plus méritoire pour la Dordogne et la plus grande partie de l’ Aquitaine de rester à gauche. Notre nouveau canton de Brantôme est venu renforcer la majorité confortable et un peu inespérée qui a permis à Germinal Peiro de devenir le nouveau président du Conseil Départemental. Ce sont en effet 19 cantons qui sont restés ou passés à gauche contre six à une droite qui n’a pas su profiter de sa chance, et qui a du dans plusieurs cantons constater sa faiblesse face à un Front National arrivé en deuxième position. Quelques mauvaises surprises comme la défaite de Jackie Monmarson à Saint Astier où le double échec de la gauche à Périgueux. Le jeu incertain dans quelques cantons a fini par tourner en faveur de la gauche : c’est le cas à Brantôme ou le binôme Pascale Rollin-Jannik Nadal ne l’a emporté que de 130 voix devant le binôme Monique Ratinaud-Christian Mazière, également à Ribérac ou Didier Bazinet et Nicole Gervaise l’emportent finalement de plus de 300 voix. Il m’aurait fortement déplu de quitter la fonction de Conseiller Général en voyant le canton de Brantôme que j’ai arraché à la droite en 2004 retomber dans l’escarcelle de l’UMP, et encore plus de voir le département de la Dordogne basculer à droite.

C’est donc l’âme en paix que je vais à présent vaquer à des occupations plus paisibles où randonnées, botanique, jardinage et bien sûr langue occitane auront leur place que je ne manquerai pas de vous faire partager si vous restez fidèles à ces pages dont la parution est toujours due à la gentillesse de Jean Chabert qui a pourtant beaucoup d’autres choses à faire. Sachez qu’à l’heure où j’écris ces mots, 73133 visites ont eu lieu de puis janvier 2009 et que quatre pèlerins cheminent le long de ces pages… Je salue ces visiteurs inconnus qui je l’espère trouvent de quoi sourire en marchant et me feront le plaisir de revenir constater que l’ancien élu se porte bien et que sa retraite politique ne l’a pas laissé désemparé…

le Conseil Nouveau est arrivé...

le Conseil Nouveau est arrivé...

Adieux …

5 mars 2015 | Le département | Commentaires fermés

Bernard Cazeau reçoit un cadeau des mains de Germinal Peiro. A leur droite, un petit bout de Colette Langlade, Marc Mattera, groupe MODEM, à leur gauche, Francis Colbac, groupe Communiste, Dominique Bousquet, groupe UDD, Michel Bourgeois, conseiller de Sigoulès, doyen de l'assemblée. (crédit Denis Nidos, conseil général)

Bernard Cazeau reçoit un cadeau des mains de Germinal Peiro. A leur droite, un petit bout de Colette Langlade, Marc Mattera, groupe MODEM, à leur gauche, Francis Colbac, groupe Communiste, Dominique Bousquet, groupe UDD, Michel Bourgeois, conseiller de Sigoulès, doyen de l'assemblée. (crédit Denis Nidos, conseil général)

Il était depuis quelque temps de notoriété publique que le Président Cazeau ne se présenterait pas aux prochaines élections départementales. La séance publique sur le vote du budget primitif 2015 a donc été, pour lui, la dernière de 21 ans de présidence. Un moment émouvant est venu ouvrir le repas traditionnel que le Conseil Général offre pendant les quatre jours de cette session. Germinal Peiro, député de la Dordogne, président du groupe socialiste de l’Assemblée Départementale, puis Michel Bourgeois, doyen de l’Assemblée, ont en termes sobres mais où pointait l’émotion, évoqué la longue carrière de Bernard Cazeau. Ils n’ont pas manqué de rappeler la fermeté et la poigne qui ont permis dans des conditions souvent difficiles au département de faire face à ses compétences et de pouvoir conserver un investissement de bon niveau. Le groupe UDD, pourtant souvent rudoyé, s’est joint à l’ovation qui a ponctué la fin des discours. Le lendemain, Bernard Cazeau a présenté ses derniers vœux au personnel du Département et lui a souhaité bonne route sous une autre houlette …

A propos d’ adieux, il est temps pour moi de tirer ma révérence à cette institution que j’ai fréquenté pendant onze ans, partageant mon temps entre le Handicap, le RSA, et la culture occitane. Dans ce dernier domaine, tout était à construire, et j’ai pu, grâce à la délégation à la Langue et à la Culture Occitanes qui m’a été attribuée, mettre en place le Pôle Occitan de l’ Agence Culturelle, aider l’Institut d’Estudis Occitans, les Calandretas, les Medias occitans, aider aussi les événements artistiques, mettre en place à Bourdeille trois éditions de Paratge, et aussi, et peut-être surtout, grâce aux conventions signées avec le Rectorat et l’Inspection Académique aider à l’ouverture de classes bilingues dans les maternelles de Brantôme et de Ribérac. Bien des choses restent à faire, que d’autres continueront dans les années qui viennent. Inutile de dire que je poursuivrai mes activités occitanistes en dehors de l’Institution, mais que je garderai quand même un œil sur ce qui se passe dedans …

Le nouveau canton qui regroupe les anciens cantons de Champagnac, Brantôme, Mareuil, Montagrier restera-t-il à gauche ? C’est bien sûr le vœu que je formule, et je souhaite bonne chance à Marie Pascale Rollin, médecin à Villars et à Jannick Nadal, conseiller général de Montagrier, accompagnés dans cette aventure par Benedicte Bernegoue qui a bien voulu prolonger son statut de remplaçante, et Jean Paul Couvy, conseiller général de Mareuil et président de la Communauté de Communes Dronne et Belle.

candidats en campagne, avec encore le sourire: de G. à D. J.P Couvy, Jannick Nadal, Marie Pascale Rollin, Benedicte Bernegoue

candidats en campagne, avec encore le sourire: de G. à D. J.P Couvy, Jannick Nadal, Marie Pascale Rollin, Benedicte Bernegoue

C’est pas drôle tous les jours…

4 janvier 2014 | Le département | Commentaires fermés

l’Équipe Pluridisciplinaire (on ne voit pas le Président, c'est lui qui prend les photos...) : de G.à D. Jean Bernard Fillon, représentant l' UDAF, Valérie Moreau, du Pôle Emploi de Saint Astier

l’Équipe Pluridisciplinaire (on ne voit pas le Président, c'est lui qui prend les photos...) : de G.à D. Jean Bernard Fillon, représentant l' UDAF, Valérie Moreau, du Pôle Emploi de Saint Astier

S’il est pour un conseiller général d’agréables missions, il en est d’autres bien moins plaisantes. La rencontre avec des Personnes en Situation de Handicap en est une, nous en avons déjà parlé. Difficile aussi est la rencontre avec les bénéficiaires du RSA, public fragile, précarisé, souvent au bord du désespoir. En tant que président de l’ Equipe Pluridisciplinaire (voir plus loin) de Ribérac, je suis souvent confronté à cette problématique.

Le RSA mis en place par Martin Hirsch a l’avantage sur son prédécesseur, le RMI de pouvoir se cumuler avec un salaire pendant trois mois lorsque son bénéficiaire a eu la chance de retrouver du travail. Cette allocation est faite en principe pour ne pas durer. Malgré la modestie de la somme allouée, 430 euros pour une personne seule, son attribution s’accompagne de plusieurs obligations pour le bénéficiaire. D’abord, participer à une commission d’orientation qui lui permettra d’être pris en charge par Pôle Emploi s’ il ne semble pas trop éloigné de l’emploi (capacités professionnelles, état de santé satisfaisant) ou dirigé vers le département dans le cas contraire. Quelque soit son orientation, il aura un référent qui le suivra et le soutiendra dans ses démarches. Il devra ensuite signer un contrat d’engagement réciproque qui l’oblige à garder le contact avec Pôle Emploi ou avec son référent Conseil Général, répondre aux offres d’emploi ou aux activités proposées). S’il n’assume pas ces engagements, il recevra une convocation devant l’ Equipe Pluridisciplinaire. Ce nom un peu inquiétant signifie simplement que les membres de cette commission sont de disciplines différentes : sont effectivement présents un représentant de Pôle Emploi, un représentant de l’Union Départementale des Associations Familiales, un élu du Conseil Général, et l’équipe insertion de l’ Unité Territoriale. Généralement, la convocation à cette commission est due à un non respect du contrat d’engagement réciproque ou à une radiation de la liste des demandeurs d’emploi. Les causes en sont multiples, bien souvent compréhensibles : absence de véhicule, de téléphone, problèmes de garde d’enfants, changement de domicile, problèmes de santé, parfois lassitude. La rencontre entre l’ équipe et le bénéficiaire qui se passe parfois dans une ambiance tendue permet la plupart du temps de remettre la personne sur les rails et n’entraîne aucune sanction. Seules les personnes ne répondant pas à plusieurs convocations risquent une diminution, voire une suspension de l’allocation. Celle-ci peut d’ailleurs être rapidement rendue si la personne se manifeste.

Le RSA en quelques chiffres : allocation RSA socle pour personne seule : 433 euros 75. Nombre d’allocataires en 2012 :7339, en 2013 : 7.958, soit + 8,4%, soit pour le département 41 723 000 euros, compensés en partie seulement par l’état (34 774 000) soit un montant non compensé de 6 949 000 euros.

Laure Martin, responsable insertion de l'Unité Territoriale de Ribérac, Yvon Caulier, Responsable de l'Unité Territoriale, Mme Coton, secrétaire

Laure Martin, responsable insertion de l'Unité Territoriale de Ribérac, Yvon Caulier, Responsable de l'Unité Territoriale, Mme Coton, secrétaire

La Rivière Dordogne à l’honneur

22 février 2013 | Le département | Commentaires fermés

C’est 20 ans de travail que vient de couronner l’ UNESCO en attribuant a Epidor le label de Réserve Mondiale de Biosphère. Epidor, Etablissement Public Territorial du Bassin de la Dordogne.

La Dordogne ! Née au Mont Dore, elle est bientôt grossie par le Chavanou, le Langlade qui arrose Ussel, la Triouzoune ,le Luzege et le Doustre qui descendent sur sa rive droite du plateau de Millevaches, tandis que rive gauche, venant des Monts du Cantal, viennent la grossir la Tarentaine, la grande et petite Rhue, la Sumène et le Mars, l’Auze qui baigne Mauriac, et surtout la Maronne grossie de la Bertrande, puis avant d’arriver dans le Lot, la Jordanne et la Cère qui confluent à Aurillac. Toujours rive gauche, c’est maintenant l’Alzou, l’Ouysse souterraine et le Céou. Et puis à Limeuil, le premier gros affluent de la rive gauche, la Vézère, qui vient elle aussi du plateau de Millevaches, grossie rive droite du Bracasdou et de la Loyre, mais surtout rive gauche par la Corrèze qui arrose Tulle et Brive, et ses deux affluents, la Gimelle et le Maumont. La Dordogne a maintenant fière allure. Avant d’arriver à Bergerac où l’attend le Caudeau, elle recevra rive gauche la Couze, puis avant de passer en Gironde, la Lidoire rive droite. Et puis à Libourne, elle est rejointe par les eaux du Limousin portées par l’Isle. Celle-ci, née en Limousin reçoit rive gauche la Loue, l’Auvezère, le Vern, et à Coutras la Dronne ,née à la forêt de Viellecour et elle-même grossie de la Côle, de la Nizonne, de la Tude… La Dordogne n’aura plus qu’à glisser jusqu’au Bec d’ Ambès où elle rejoint la puissante Garonne, encore qu’à leur rencontre, bien malin peut dire qui se jette dans qui… Voilà le bassin versant de la Dordogne, et je ne vous parle même pas de la Gardonette, de la Donzelle, du Boulou et du Bufebale…

le bassin versant de la Dordogne

Vous allez vous demander, si vous arrivez jusqu’ici, qu’est ce qui lui prend, au Jean de nous faire ce cours de géographie… C’est qu’un évènement majeur vient de consacrer les 24 000 kilomètres carrés du bassin versant de la Dordogne : son inscription par l’UNESCO au Réseau Mondial des Réserves de Biosphère. Sa taille en fait la plus grande de France et la première au monde construite autour d’un bassin versant et de son bassin hydrographique. Cela valait bien cette promenade au long des six départements qui depuis vingt ans veillent sur elle, sur la qualité de ses eaux et de ses rives au sein d’ EPIDOR, l’établissement Public Territorial du Bassin de la Dordogne. “ En s’appuyant sur ses cultures, ses savoirs, sa biodiversité, ses musiques, ses goûts et ses saveurs, la Réserve de biosphère du Bassin de la Dordogne irrigue et transmet la vie, crée le lien entre ses territoires de l’amont à l’aval. La désignation en réserve de biosphère nous rappelle que nous, les humains, nous faisons partie du vivant et qu’il est de notre devoir et de notre responsabilité de transmettre cette vie et toutes ses possibilités à nos enfants ”. C’est ainsi que s’est exprimée Meriem Bouamrane, responsable du programme Man and Biosphere à l’UNESCO lors de la remise du diplôme au Président Cazeau lors du 20° anniversaire d’ EPIDOR. Un qui doit être content, c’est notre La Boetie, qui commençant un sonnet par ces vers :

Je vois bien ma Dordogne, encor humble tu vas :

De te montrer Gasconne, en France, tu as honte…

le termine ainsi :

Laisse, laisse moi faire, et un jour, ma Dordogne

Si je devine bien, on te connaîtra mieux ;

Et Garonne et le Rhône, et ces autres grands dieux

En auront quelque envie, et possible, vergogne.

Dordogne, te voilà reçue parmi les grands, mais pour moi, tu resteras la rivière caillouteuse que je partageais l’été avec les vaches altérées de Pontours, où le souvenir du Colobre dévorant les gabariers était si vif. Et la langue occitane dont je ne savais pas que je deviendrai amoureux résonnait déjà à mes oreilles d’enfant, mais ne dit-on pas :

Auvernha e Carcin, Perigòrd e Gasconha

Nòstra lenga es gabarra que davala Dordonha…

le diplôme consacrant la rivière Dordogne

le diplôme consacrant la rivière Dordogne

Mme Meriem Bouamrane, responsable du programme « Man and Biosphere à l'UNESCO »

Mme Meriem Bouamrane, responsable du programme « Man and Biosphere à l'UNESCO »

Extraits de la plaquette éditée par EPIDOR à l’occasion de la remise du diplôme.

Enfin un sourire retrouvé !

20 janvier 2013 | Le département | Commentaires fermés

Naxhie et Murcel entourant le Dr Francis Remark, un de leurs plus fidèles soutiens

Naxhie et Murcel entourant le Dr Francis Remark, un de leurs plus fidèles soutiens

Nous avons parlé dans ce blog (octobre 2012) de l’Obligation de Quitter le Territoire Français qui avait frappé en août nos amis Naxhie et Murcel Elshani. Le tribunal administratif a annulé cette décision en ce qui concerne Murcel, qui présentait tous les critères de la nouvelle circulaire Valls. Ils pourront donc rester sur le territoire français. Il a encore fallu se battre pour qu’ils obtiennent le droit de retrouver le travail qu’ils avaient avant l’OQTF. C’est maintenant chose faite. Merci à tous ceux, Réseau, députés, sénateurs, maire de Périgueux, employeurs, dont le soutien actif a permis le retour à la normale pour Naxhie et Murcel.

Naxhie et Murcel ont retrouvé le sourire.

2013

1 janvier 2013 | Le département | Commentaires fermés

Voeux 2013

Handicap et santé en Dordogne

25 novembre 2012 | Le département | Commentaires fermés

restitution du schéma départemental du handicap, de G. à D: M.Lagrange, inspecteur de l'Education Nationale en charge de l' Enfance Inadaptée, derrière son ordinateur, J.P. Hottiaux, directeur adjoint de la DDSP, Hélène Lefaure-Dieuaide, dirctrice de la Maison Départementale des Personnes Handicapées, J.G, Jean Chagneau, vice-président du Conseil Général en charge des Personnes Agées et des Personnes Handicapées, Sophie Lhôte, directrice de la DDSP, Mme la représentante de l'Agence Régionale de Santé.

restitution du schéma départemental du handicap, de G. à D: M.Lagrange, inspecteur de l'Education Nationale en charge de l' Enfance Inadaptée, derrière son ordinateur, J.P. Hottiaux, directeur adjoint de la DDSP, Hélène Lefaure-Dieuaide, dirctrice de la Maison Départementale des Personnes Handicapées, J.G, Jean Chagneau, vice-président du Conseil Général en charge des Personnes Agées et des Personnes Handicapées, Sophie Lhôte, directrice de la DDSP, Mme la représentante de l'Agence Régionale de Santé.

Il n’est guère de réunion dont la santé ou le handicap soit le thème qui ne voie le conseiller général de Brantôme dans quelque coin, voire à la tribune. Seul médecin de l’Assemblée Départementale avec le Président Sénateur qui a d’autres chats à fouetter, je suis souvent de service – dois-je dire de corvée ? – dans les instances qui tentent de gérer les délicats problèmes posés par un territoire vaste, pauvre, vieux, où la densité des professionnels de santé se raréfie de façon alarmante et où l’accès aux soins devient de plus en plus aléatoire. Membre du Comité Départemental d’Aide Médicale Urgente, de Permanence des Soins et des Transports Sanitaires où l’on voit se disputer l’ Ordre des Médecins et les services Préfectoraux sur les invraisemblables découpages de secteurs de garde, je suis aussi devenu, aux côtés de Michel Moyrand, Vice Président de la Conférence de Santé du Territoire. Cette structure mis en place par l’Agence Régionale de Santé est chargée ni plus ni moins de travailler à l’aménagement sanitaire et médico-social du territoire de santé qu’est la Dordogne. Il va de soi que les 80 membres qui la composent sont répartis en commissions, et j’ai personnellement choisi de m’impliquer, en plus du travail de bureau, dans la Santé Mentale .

Réunion de la Conférence de Santé de Territoire:  de G.àD: Daphné Leroux, technicienne chargée de mission à l' Agence Régionale de Santé, Michel Moyrand, Maire de Périgueux, Président de la Conférence Sanitaire de Territoire; J.G, Karine Trouvain, Directrice Territoriale de l' ARS.

Réunion de la Conférence de Santé de Territoire: de G.àD: Daphné Leroux, technicienne chargée de mission à l' Agence Régionale de Santé, Michel Moyrand, Maire de Périgueux, Président de la Conférence Sanitaire de Territoire; J.G, Karine Trouvain, Directrice Territoriale de l' ARS.

D’autre part, le Handicap et sa prise en charge étant une des compétences majeures du Département, je co-préside avec Jean Chagneau la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées qui gère l’ Allocation Adulte Handicapé, la Reconnaissance de Travailleur Handicapé, la Prestation de Compensation du Handicap, le pôle Enfants et le Fonds de Compensation du Handicap, excusez du peu… Là, c’est deux journées par mois occupées à examiner des dossiers, à recevoir éventuellement personnes handicapées ou familles insatisfaites des propositions d’aide qui leur ont été faites. Et nous venons juste de sortir du long travail de rédaction du schéma départemental des personnes en situation de handicap pour les cinq années à venir. Là c’est le vieillissement des personnes handicapées, en particulier mentales qui m’a beaucoup occupé.

Restitution de l'expérience " Pays de Santé",  de G. à D: J.G, Karine Trouvain, Colette Langlade, Députée de la troisième circonscription, M. Delage, Sous-Préfet de Nontron, Marcel Restoin, Président de la Communauté de Communede Bussière-Badil.

Restitution de l'expérience " Pays de Santé", de G. à D: J.G, Karine Trouvain, Colette Langlade, Députée de la troisième circonscription, M. Delage, Sous-Préfet de Nontron, Marcel Restoin, Président de la Communauté de Communede Bussière-Badil.

La prochaine fois, vous aurez droit au RSA… C’est pas mal non plus…

Nostalgie ?

17 octobre 2012 | Le département | Commentaires fermés

la cour d'honneur, toute blancheur et lumière.

la cour d'honneur, toute blancheur et lumière.

Peut être tout de même un peu, en pénétrant soixante ans après dans la cour principale de Bertran de Born… Elles sont bien loin les années cinquante où les enseignants s’appelaient Jean Secret, Marius Lévy et où la promotion du bac philo comptait onze élèves pour toute la Dordogne…Les temps ont changé et les couleurs aussi. Le gris sinistre a été remplacé par de belles couleurs pastel et le dôme de verre qui recouvre la cour du cloître laisse passer ce jour là des flots de soleil et de lumière. Ce jour là… Inauguration des travaux de rénovation de l’antique lycée, vieux de quatre cents ans, qui jusque là avait conservé pieusement son allure de vieux couvent. Perdu dans la foule de V.I.P. qui déambule au pas de charge, l’ancien élève a du mal à retrouver la salle de physique et chimie du premier étage, l’escalier qui menait et mène encore sans doute à l’internat, l’accès au “petit lycée”… Heureusement, le rez-de-chaussée, malgré ses pimpantes couleurs ne peut dissimuler les classes toujours doublement protégées de barreaux et de grillage… C’est là que sont les vrais souvenirs de chahuts d’un prof. de maths ou d’histoire-géo, les somnolences chez le père Secret, l’éveil attentif et souriant chez Lévy qui savait si bien parler de Voltaire… Dois je suivre les soupirs d’un ancien prof dont la visite du lycée a aussi éveillé de vieux souvenirs : B. de B. a gagné en couleurs, mais a un peu perdu de son âme…

pendant le discours de M. Ladevèze, proviseur, de g. à d. Michel Moyrand, maire de Périgueux, Bernard Cazeau, président du C.G., Alain Rousset, Président de Région, Mme la Directrice d' Académie, M. Jean Louis Nembrini, Recteur de l' Académie de Bordeaux.

pendant le discours de M. Ladevèze, proviseur, de g. à d. Michel Moyrand, maire de Périgueux, Bernard Cazeau, président du C.G., Alain Rousset, Président de Région, Mme la Directrice d' Académie, M. Jean Louis Nembrini, Recteur de l' Académie de Bordeaux.

E ben, la Coleta quo a pas boitat !

14 juin 2012 | Le département | Commentaires fermés

Le sourire de la victoire.

Le sourire de la victoire.

C’est ce que l’on pouvait entendre Dimanche soir à Saint Martial de Valette où notre ex- candidate avait tenu à rassembler militants, amis, sympathisants pour attendre ensemble le résultat du premier tour. Et bien non, ça n’a pas boité ! Très vite, le résultat est tombé : Colette Langlade, 51,8%, élue au premier tour…Quelques optimistes en avaient bien émis l’hypothèse, mais on n’osait pas y croire. Eh bien si. Colette a remporté haut la main ces élections qu’elle a préparées avec tant de d’énergie et de volonté. Didier Bazinet et elle ont bien mérité cette victoire, dédiée à la mémoire de Michel Debet, et nous sommes heureux d’y avoir participé.

A Nontron, Alain Rousset en pleine forme

A Nontron, Alain Rousset en pleine forme

En campagne jusqu’au dernier jour, elle avait reçu le jeudi soir Alain Rousset pour un repas républicain à Nontron. Celui-ci, également en campagne à Pessac avait sacrifié une soirée pour venir soutenir Colette. Comme si elle en avait besoin… Remarquez, ça ne l’a pas beaucoup gêné, finalement. Lui aussi a fait un premier tour, à 54%… La soirée a été encore embellie per l’élection au premier tour de Germinal Peiro à Sarlat et le très bon score de Pascal Deguilhem à Périgueux, qui lui assure la victoire au second tour. Sans les cafouillages bergeracois, le bonheur eût été complet.

Bon, allez, Colette, bravo et merci pour cette belle victoire. On sait que le plus dur reste à faire mais maintenant, on va un peu te laisser… et reprendre une vie normale !

Didier essayant d'arrêter la foule des sympathisants...

Didier essayant d'arrêter la foule des sympathisants...


Le Président de région, d'excellente humeur (c'était bon signe...) a tenu à entonner le... Turlututu avec Colette et quelques occitanistes présents...

Le Président de région, d'excellente humeur (c'était bon signe...) a tenu à entonner le... Turlututu avec Colette et quelques occitanistes présents...

A propos

Jean Ganiayre, Conseiller Général du Canton de Brantôme,

Président de la 3°Commission (Sociale),

Président du Bureau de la Commission Locale d’ Insertion du Nontronnais.

Membre de la Commission des Droits à l’Autonomie des Personnes Handicapées,

Membre du Conseil d’ Administration de l’Agence Culturelle Départementale,

Membre du C.A. du Conservatoire à Rayonnement Départemental (Ancienne Ecole de Musique),

Membre du C.A. de Ciné-Passion.

Et ce n’est pas tout !

Président du G.A.L. Leader du Périgord Vert (fonds européens),

Vice-Président du Pays Périgord Vert.

Et…

Délégué à la Langue et Culture occitanes,

Délégué aux affaires médicales,

Membre de la Commission Préfectorale Nature, sites et Paysages.

Je crois que c’est tout. (et puis bien sur, membre des Conseils d’ Administration des trois établissements médico-sociaux du canton : Maisons de retraite de Brantôme et Bourdeille, Foyer d’Accueil La Prada à Bourdeille).

 

mai 2017
L Ma Me J V S D
« mar    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Catégories

Archives

Visitors Online