Les chroniques

Le quilhon, (prononcez quillou) vous connaissez ?

25 août 2013 | Les chroniques | Commentaires fermés

Le lancer du palet

Le lancer du palet

Ce jeu ancien, connu également sous le nom de Brocon (prononcez Broucou) était très apprécié de nos anciens qui le pratiquaient sur les places de village à l’ombre des platanes, tilleuls et marronniers avec autant de passion que la pétanque. Récemment, une équipe de farfelus s’est mis en tête de remettre ce jeu au goût du jour. Le matériel est très simple : un robinet de barrique coupé pour pouvoir tenir debout, ou tout autre morceau de bois de dix à quinze centimètres de haut et de deux centimètres de diamètre, trois palets de plomb fondu dans une boîte à cirage où, plus traditionnel encore, dans le fond d’un “chalelh”, ces lampes à huile qui ne servent plus que de décoration. Le jeu se joue individuellement ou par équipes.

Le quilhon est dressé à six à huit mètres des joueurs et à son sommet sont disposées les mises de chaque joueur ou de chaque équipe, piécettes le plus souvent sans valeur et très symboliques, mais indispensables au jeu. La partie peut commencer. Un premier joueur lance un palet. Deux cas peuvent se présenter :

1) il renverse le quilhon avec son premier ou son second palet et les pièces tombent tout près d’un de ses palets : il a gagné et ramasse les pièces. Si les pièces tombent plus près du quilhon que de ses palets, on dit qu’il y a “releva”. On remet les pièces sur le quilhon, chacun remise, une nouvelle partie commence.

2) aucun de ses palets ne renverse le quilhon. Le joueur laisse au sol un de ses palets, généralement le plus près du quilhon. L’adversaire lance à son tour ses palets. Si le quilhon est renversé, les pièces peuvent comme précédemment tomber près du quilhon, il ya relève, près d’une des pièces du joueur qui vient de lancer, il a gagné, ou près du palet laissé en place par le premier joueur et c’est lui qui ramasse la mise. Les pièces tombées peuvent bien sûr se partager entre deux ou trois possibilités, et ce cas de figure fréquent donne lieu à d’âpres discussions et à des mesures au millimètre près…

Si ces explications sont un peu confuses, le mieux est que vous veniez voir par vous-mêmes, les vendredi de juillet et d’août vers dix huit heures trente, place de l’ancienne halle à Bourdeille. Vous y verrez des joueurs chevronnés placer leur premier palet tout près du quilhon, prêt à recevoir les pièces qui tomberont dessus quand leur second palet enverra ballader le quilhon, d’autres faire relève avec leur premier palet, doublant ainsi la mise avant de tout rafler d’un second palet cette fois bien ajusté … Et ces champions toutefois bien modestes vous initierons avec plaisir à ce jeu venu du fond des temps.

 
le matériel

le matériel

 
gagné

gagné

 
relève

relève

 
partage

partage

Ainsi…

25 juillet 2013 | Les chroniques | Commentaires fermés

Traduit de l’occitan par Juliette Durup

Ainsi dit celle qui va pieds nus par Jean Ganiayre

« Voilà. La Pieds-Nus, le lièvre de chez nous, est sortie de ma vie. Elle y est venue et en est partie comme toujours, sur la pointe des pieds. Les histoires qu’elle m’a racontées ne semblaient pas me concerner, éveillant simplement quelques échos lointains de ma vie d’enfant mal aimé puis d’adulte solitaire. Et pourtant, je le sais maintenant, il ne s’agissait que de moi, moi dont personne n’avait osé me parler. »

Cette nouvelle étrange, initiatique, baignée du pays où elle s’inscrit et de sa langue, reste difficilement traduisible: ce qui est proposé ici s’en veut être plutôt une tentative de fécondation de la langue française.

Retrouvez des extraits de ce livre en cliquant ici

Ce livre est disponible à la vente au format papier et au format numérique (PDF). Pour vous le procurer :

- au format papier, sur le site Internet de Mon Petit Editeur en cliquant ici, ou en librairies, sur commande ;

- au format numérique, sur le site Internet de Mon Petit Editeur en cliquant ici.

Fertilité interculturelle

17 juillet 2013 | Les chroniques | Commentaires fermés

«  Tout ce que vous n’auriez jamais voulu savoir sur la grossesse, l’allaitement et autres aleas de l’espèce humaine… »

ARTicle19 et Mothersucker Project proposent l’exposition “Corps fertile”, un échange culturel entre la France et le Pays de Galle, un échange d’idées, un échange entre travaux d’artistes contemporains et passés.

L’exposition se tient du 9 juillet 2013 au 14 Août 2013 au Château de Tinteillac (entre Chapdeuil et Bourg Des Maisons), et une exposition analogue se tiendra à Cardiff courant 2014.

L’exposition comprend des œuvres d’artistes contemporains qui explorent la parentalité, le rapport du corps féminin en relation directe avec des artefacts et œuvres de la collection du Mussée d’Art et d’Archéologie du Périgord (MAAP) à Périgueux et des œuvres du Musée de Galles (Cardiff).

La démarche est non seulement d’offrir une possibilité pour des artistes de France et du Royaume Uni de présenter des œuvres contemporaines dans le contexte d’une exposition publique, mais aussi la possibilité de réunir des créateurs autour de leurs recherches sur un même thème, de confronter leur position et leur démarche d’un espace à l’autre (Périgueux – Tinteillac/ France – Pays de Galle).

De droite à gauche  : céramique de Natasha Mayo (Histoire de Traces) en lien avec le moulage de la Vénus de Willendorf (collection MAAP et ville de Périgueux)

De droite à gauche : céramique de Natasha Mayo (Histoire de Traces) en lien avec le moulage de la Vénus de Willendorf (collection MAAP et ville de Périgueux)

Un spectacle de et avec Monique Burg en lien avec l’exposition est également proposé au château de Tinteillac : les jeudis 18 juillet et 1er août à 18h30.

Un « atelier image animées » sera proposé par l’association ARTicle 19 le dimanche 21 juillet.

Pour plus d’informations :

http://corpsfertilebody.wordpress.com

http://mothersuckersproject.blogspot.com

11 novembre… sans commentaire !

11 novembre 2012 | Les chroniques | Commentaires fermés


sans commentaire...

sans commentaire...

O.Q.T.F…

29 octobre 2012 | Les chroniques | Commentaires fermés

Naxhijé

Naxhijé

Murcel

Murcel

O.Q.T.F… Ces quatre lettres suffisent à briser des espoirs, peut être des vies. Obligation de Quitter le Territoire Français. C’est l’aimable intitulé des courriers reçus par nombre d’étrangers arrivés en France chassés de leur pays par la violence. C’est en particulier le cas de Naxhijé et Murcel, de nationalité Kosovar, qui ont du fuir ce pays en proie à la vengeance meurtrière dirigée contre les serbes et les tziganes mais aussi contre les kosovars jugés “insuffisamment patriotes”. Arrivés en Dordogne en 2006, Naxhjé et Murcel ont appris le français, ont trouvé du travail en CDI, et se sont fait beaucoup d’amis. La mesure qui les frappe en est donc d’autant plus injuste. De trois mois en trois mois ils ont du subir les vexations que leur a infligé le service des étrangers de la Préfecture. Quelques amis indignés, dont Michel Moyrand, Maire de Périgueux, ont écrit au Président de la République… Une bouteille à la mer… En attendant, protégés par l’appel fait au tribunal administratif de Bordeaux, ils ne sont pas expulsables, mais sont privés du droit au travail et ne vivent donc que du soutien de leurs amis et du Réseau d’Education Sans Frontières. C’est à l’appel de celui-ci qu’une manifestation a récemment réuni plus de 150 personnes devant la Préfecture qui est restée fermée et muette. Ce genre d’attitude, compréhensible sous un gouvernement de droite, est indigne de la nouvelle équipe en place. Nous avons entendu M. Valls annoncer un assouplissement des procédures de naturalisation. Espérons que de nouvelles instructions à Mesdames et Messieurs le Préfets permettront à ceux qui, chassés de leur pays par la violence, – Naxhijé et Murcel ne sont pas les seuls – ont choisi la France comme nouvelle patrie, de pouvoir y vivre sans l’angoisse perpétuelle d’être, à tout moment Obligés de Quitter le Territoire Français.

les amis de Naxhijé et Murcel devant la préfecture

les amis de Naxhijé et Murcel devant la préfecture

Naissance d’un jardin

20 septembre 2012 | Les chroniques | Commentaires fermés

l' ébauche du jardin à l'Institut Rural de Larache: premier plan: Ayoub Harrak, stagiaire, Françoise, Mustapha Lamrani, Daniel Beauvois, Mohamed Tayq, directeur de l'Institut, Thierry Charmarty.

l' ébauche du jardin à l'Institut Rural de Larache: premier plan: Ayoub Harrak, stagiaire, Françoise, Mustapha Lamrani, Daniel Beauvois, Mohamed Tayq, directeur de l'Institut, Thierry Charmarty.

De notre dernière mission au Maroc, en plus d’excellents souvenirs, nous avons ramené un jardin… Cette mission n’était pas comme les autres dédiée au seul médico-social, et Daniel Beauvois et Thierry Charmarty, du Pôle Espaces Verts du Conseil Général étaient du voyage. Pour eux, deux missions : le repérage de sentiers de randonnée dans le Riff autour du gîte de Boujeddyane, et, en concertation avec l’Institut Rural de Larache, l’ établissement des plans d’un jardin marocain destiné à trouver sa place parmi les jardins éphémères de l’ Espace Culturel François Mitterrand. Ce projet lancé il ya quelques mois avait déjà donné lieu à des esquisses sur le papier et sur le terrain de l’Institut par ses élèves qui en avaient tracé les grandes lignes et émis d’excellentes idées avant d’être obligés de s’interrompre pour des raisons de stages à l’extérieur de l’ Institut.

Daniel Beauvois en plein travail.

Daniel Beauvois en plein travail.

En une matinée de travail, Daniel Beauvois, le Directeur de l’Institut et les enseignants, parmi lesquels l’incontournable Mustapha, ont imaginé, discuté, argumenté, dessiné, redessiné. Ce jardin est sorti des papiers, et grâce au travail des équipes du Pôle Espace Vert, il est maintenant facile, parmi les odeurs et les couleurs du Maroc, de rêver, de se reposer, et même de ressentir la convivialité et l’hospitalité près du four à pain traditionnel. Et sur le porche blanc et bleu, on peut lire Marhaban, Ahlan, Wa Sahlan bekom belmagreb, ce qui veut dire soyez trois fois les bienvenus au Maroc !

Marhaban, Ahlan, Wa Shlan bekom belmagreb !

Marhaban, Ahlan, Wa Shlan bekom belmagreb !


et les olives sont (presque) mûres...

et les olives sont (presque) mûres...

Midi ou midi moins le quart !

1 août 2012 | Les chroniques | Commentaires fermés

La cigale

Faites comme moi, chantez, dansez, chauffez vous au soleil, pour l’hiver, on verra plus tard…

Clin d’œil familial…

27 mai 2012 | Les chroniques | Commentaires fermés

Colette Langlade n’a rien à craindre. Dès que Zoë aura 18 ans, elle votera comme il faut. Militante depuis son plus jeune âge, elle a tenu à saluer notre candidate lors de l’inauguration de son local de campagne. Avec sa maman et sa grand-mère, la cause féministe se porte bien…

Colette et sa garde rapprochée...

Colette et sa garde rapprochée...

Le site de Colette.

6 mai 2012

9 mai 2012 | Les chroniques | Commentaires fermés

6 mai 2012, 20 heures...

6 mai 2012, 20 heures...

On ne saura jamais si c’est par hasard ou par malice que la fin méritée de Petaçon est apparue sur ce blog le 6 mai 2012. Des esprits chagrins auront sûrement fait le rapprochement avec la disparition ce jour là d’un autre personnage. On ne l’a pas brûlé, heureusement pour lui, mais il ne renaîtra pas de ses cendres, heureusement pour nous.

on attend...

on attend...

Tant que nous en sommes à parler du 6 mai, c’est avec un peu d’angoisse, même si les nouvelles de Suisse et de Belgique étaient rassurantes, qu’ une centaine de sympathisants attendaient l’heure fatidique devant l’écran géant installé dans la salle des fêtes de Bourdeille. C’est bien sûr un cri de joie et de soulagement qui accompagne à 20 heures l’apparition du visage de François Hollande, les plus anciens retrouvant l’émotion de 1981. Plusieurs mois d’espoirs, de craintes, d’angoisse, de mobilisation militante trouvent là leur aboutissement et leur récompense. Nous sommes sûrs que François tiendra ses promesses de justice, de lutte contre le capital et de redressement de la France au sein d’une Europe de nouveau unie. Finies la traque des sans papiers, la stigmatisation de l’étranger, les contrôles au faciès. Fini le démantèlement des services publics, finie la recentralisation bonapartiste souhaitée par le président sortant. Fini tout ce qui rendait irrespirable l’air du quinquennat qui vient de s’achever… Un détail. Il reste encore à donner à notre président une assemblée qui le soutienne et lui permette de mener à bien toutes les réformes souhaitées, militants ne vous endormez pas sur cette belle victoire ! Allez, au boulot ! Mais ceci est une autre histoire…

une salle rassurée...

une salle rassurée...

Dure campagne.

23 avril 2012 | Les chroniques | Commentaires fermés

François Hollande en pleine action.

François Hollande en pleine action.


Colette Langlade

Dure, dure, la vie du militant par les temps qui courent. Un exemple au hasard, moi. En huit jours, ce fut localement la rencontre de Condat sur Trincou où Colette Langlade, députée de la 3° circo, Claude Berit-Debat, sénateur et Benoit Secrestat, premier secrétaire fédéral du P.S. ont porté la bonne parole devant une centaine de militants, à Bergerac meeting avec Harlem Désir, n° 2 du parti socialiste, en présence de Bernard Cazeau, Germinal Peiro et Dominique Rousseau, maire de Bergerac, et pour terminer en beauté, le grand meeting au parc Palmer de Cenon, légèrement humide mais survolté, avec François Hollande en personne. Là, ce sont 20 000 militants et sympathisants qui, après les allocutions du maire de Cenon, de Philippe Madrelle, président du conseil général de Gironde, de Alain Rousset, Président de région, ont vibré au discours d’une heure et quart de leur champion. Ce fut ce qu’il est convenu d’appeler un beau moment de ferveur populaire… Il n’y a plus qu’à croiser les doigts…

Benoit Secrestat

Benoit Secrestat

La salle

La salle

un moment d'échange (sur les langues régionales...) avec Harlem Désir sous l'oeil amusé de Jean Fourloubeix, maire et conseiller général de Vilamblard, et de Benoit Secrestat, premier secrétaire fédéral.

un moment d'échange (sur les langues régionales...) avec Harlem Désir sous l'oeil amusé de Jean Fourloubeix, maire et conseiller général de Vilamblard, et de Benoit Secrestat, premier secrétaire fédéral.

une partie des militants du parc Palmer. Au premier plan à droite, Jean Christophe, permanent de la fédé du P.S.

une partie des militants du parc Palmer. Au premier plan à droite, Jean Christophe, permanent de la fédé du P.S.

A propos

Jean Ganiayre, Conseiller Général du Canton de Brantôme,

Président de la 3°Commission (Sociale),

Président du Bureau de la Commission Locale d’ Insertion du Nontronnais.

Membre de la Commission des Droits à l’Autonomie des Personnes Handicapées,

Membre du Conseil d’ Administration de l’Agence Culturelle Départementale,

Membre du C.A. du Conservatoire à Rayonnement Départemental (Ancienne Ecole de Musique),

Membre du C.A. de Ciné-Passion.

Et ce n’est pas tout !

Président du G.A.L. Leader du Périgord Vert (fonds européens),

Vice-Président du Pays Périgord Vert.

Et…

Délégué à la Langue et Culture occitanes,

Délégué aux affaires médicales,

Membre de la Commission Préfectorale Nature, sites et Paysages.

Je crois que c’est tout. (et puis bien sur, membre des Conseils d’ Administration des trois établissements médico-sociaux du canton : Maisons de retraite de Brantôme et Bourdeille, Foyer d’Accueil La Prada à Bourdeille).

 

juin 2019
L Ma Me J V S D
« mar    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Catégories

Archives

Visitors Online