Archive de mai 2010

Drame de la nature !

28 mai 2010 | Les chroniques | Commentaires fermés

L’araignée (thomise variable) fait ses délices d’une mouche (empis tessalata) le tout sur fond de marguerite (leucanthemum vulgare)

Bon appetit !

Bon appetit !

Tant qu’on en est aux petites choses, j’espère que tout le monde aura reconnu Monpazier, cette bastide où l’église porte une surprenante inscription…

Vos vacances à Boujedyane.

25 mai 2010 | Le département | Commentaires fermés

La vue depuis le gîte

La vue depuis le gîte


un système ancestral mais très efficace... En admiration: Mustapha, Eric et Solange Morvan, Mohamed et son père, Françoise, un éducateur de la MFR.

un système ancestral mais très efficace... En admiration: Mustapha, Eric et Solange Morvan, Mohamed et son père, Françoise, un éducateur de la MFR.

De bonnes chaussures, des vêtement légers, un chapeau, beaucoup d’eau, voilà, vous êtes prêts à affronter le Rif, cette montagne pas très haute du nord du Maroc, qui s’étend de Tanger à l’embouchure de la Moulouya. Sa partie occidentale, celle qui nous accueille, est ouverte aux influences océaniques et prend en demi saison des allures verdoyantes. Mais l’été… Historiquement, ces montagnes ont été entre 1921 et 1926 le siège d’affrontements violents entre les armées espagnole et française d’une part et un chef local, Abd el-Krim, qui après avoir bousculé les européens, se heurte à la résistance de Lyautey, puis à la contre offensive menée par un certain Pétain. Son climat en a fait pendant longtemps un lieu idéal pour la culture du cannabis, sévèrement réprimée depuis quelques années, et obligeant à une reconversion difficile et peu rémunératrice. Pour lutter contre l’exode rural massif, une Maison Familiale Rurale a été créée, sur le modèle classique une semaine d’enseignement théorique, trois semaines de stage pratique sur l’exploitation parentale. Elevage ovin, oliviers, plantes aromatiques sont au programme de la vingtaine d’élèves qui forme une cohorte pour deux ans. La coopération avec la Dordogne, par l’intermédiaire de la MFR de Thiviers, en relation depuis le début avec Boujedyane a également permis de développer le concept de tourisme rural avec accueil chez l’habitant. Et c’est ainsi que viennent de s’ouvrir trois gîtes dont un crée de toutes pièces à côté de la maison familiale rurale.

Le gite : tout le confort…
gite-1 gite-5
gite-6 gite-3

Peut être encore un coup de peinture, quelques aménagements paysagers, et tout est prêt pour vous accueillir dans un endroit superbe, où la vue s’étend presque jusqu’à l’océan, où la montagne est couverte de fleurs et où le thé traditionnel et convivial vous sera servi par Mohamed, le plus proche voisin. Sa famille veille aussi sur votre ravitaillement. A Boujedyane, couscous, tagine, pain local, huile d’olive, pâtisseries en tous genres n’attendent que votre appétit… Une dizaine de gîtes doivent ainsi être aménagés sur la province de Larache permettant aux courageux randonneurs que vous êtes de parcourir cette région au caractère encore intime.

ce qui vous attend...

ce qui vous attend...

... aux soirs de randonnées !

... aux soirs de randonnées !

Son fòus, fau creire !

23 mai 2010 | L'occitan | Commentaires fermés

l'auteur face à son public

l'auteur face à son public

Ilhs ‘vián suat sus Soletat, La Chamineia, La pòrta dau Reirlutz, molhat la chamisa sus Las Cronicas de Vent-Li-Bufa, s’eran donat un mau de chen sus Dau Vent dins las Plumas e Las Islas jos lo Sang, avián maleviat sus Lo Darrier daus Lobaterras, e sufert las peiras sus Lo Viatge Aquitan… E ben quo era pas pro, quilhs falords volián de mai rencontrar l’autor… Eran plan ‘na pita trentena, per la majer part elevas dau cors d’occitan de Micheu Nicolas a Charraç, queu pitit conh de Charenta Occitana, conegut per sa dictada dau mes de janvier (veire sus queu site ) mas tanben quauques uns de l’Associacion Camille Chabaneu. Quo es a l’auberja de Autafaia que me sei donc transportat coma tres quatre fideles per afrontar queu public que a priori, deviá pas èsser tròp ostile. Mas un sap jamai… Me sovene de queu salon dau libre ente un jòune òme m’aviá bombat dessus, un pauc esmanciaire : quo es vos Ganhaire ? Una espiada negra, puei era tornat partit sens ren dire de mai. Rensenhament près, lo paubre aviá pas tròp aimat l’annada passada a trabalhar lo Libre dau Reirlutz per lo bachelierat. Mas queu ser lai a Autafaia, nonmas dau monde bien aimable, que demai, sabián legir e bien legir, a creire que mos libres son pas tan torsuts que quò…

l'exercice obligé!

l'exercice obligé!

Ai pogut parlar liurament de ma « passion d’escriure », quo era lo tema de la serenada, titre bien chausit si passion vòu totjorn dire sufrença. Parlar tanben de ma rencontra coma la lenga e la descruberta de mon identitat occitana, contemporana de mon besonh d’escriure, puei de la trapela que se barra quante l’enviá remplaça lo besonh… Doas oras de discutida, d’eschamje, de questionament sens totjorn de responsa, e nonmas quauques badalhaments… E per ‘chabar un sopar ente la moleta de mossairon a-d-ela tota sola valiá lo desplaçament !

Joan Ganhaire a quand même écrit quelques trucs :

1977 : Lo Libre dau Reirlutz, recueil de nouvelles, premi Pau Froment, traduit en 2001 par Jean Sibile, édité chez Federop sous le titre Portes de l’Ombre, prix de la Bordelaise de Lunetterie !
1984 : Lo darrier daus Lobaterras, roman médiéval.
1992 : Dau vent dins las Plumas, roman de cape et d’épée, premi Joan Bodon 1994
2000 : Lo Viatge Aquitan, recueil de nouvelles, premi Jaufre Rudel 2001. La nouvelle titre, traduite par J.P. Blot sous le titre Aller Simple a été publiée aux éditions IN 8 en 2006
2004 : Las Islas jos lo Sang, suite de dau Vent dins las Plumas.
2006 : Sorne Trasluc, roman policier
Eté 2010 (on y est presque) : las Tòrnas de Giraudós, roman policier.
En préparation : Los Contes de la Pès Nuts, nouvelle, Perdilhòta, nouvelle, Vautres que m’Avetz Tuada (Policier).

Paroles de femmes.

13 mai 2010 | Le département | Commentaires fermés

Imane, Ikram, Latifa, Ibtissam, Maryem, Khadidja, Zohra... et les autres.

Imane, Ikram, Latifa, Ibtissam, Maryem, Khadidja, Zohra... et les autres.

Parler du corps masculin et féminin, du désir, de la sexualité, de contraception, de la grossesse et de son interruption éventuelle n’est déjà pas facile chez nous, alors vous pensez,au Maroc !

Eh bien , pas tant que çà… Françoise et Solange sont passées maîtres (maîtresses ?) dans ce domaine bien particulier. Elles savent écouter, deviner les vraies questions derrière les hésitations, les rires, les silences. Elles n’ont pas leur pareil (pareille ?) pour animer un groupe au début un peu timide et réservé. Et bien sûr, çà marche…

studieuses et souriantes...
studieuses et souriantes…

Le groupe de jeunes femmes présentes était motivé, très demandeur sur tous ces sujets moins tabous que l’on ne pourrait croire dans un pays où le Coran édicte sa loi. Le Maroc est sur ces points un peu plus libéral que bien des pays islamiques, mais il y a beaucoup à faire ! Contraception autorisée pour les couples mariés, mais avec des moyens un peu archaïques, pilules et implants à la progestérone trop dosés, interruption de grossesse interdite, mais pratiquée dans le privé sans problèmes pour les femmes nanties. Pour la plupart impliquées dans le milieu associatif de Larache et de Ksar el Kebir, ces femmes on compris que tous les combats pour améliorer la condition féminine doivent être menés de front : salaires, conditions de travail, vie intime…Trois jours durant, elles ont donc échangé, appris, retenu, et sont prêtes à répandre la bonne parole dans leurs associations respectives. Un seul regret, mais qui ouvre des pistes pour une prochaine fois : l’absence d’hommes qui auraient pourtant bien besoin d’en savoir davantage… A l’issue de la formation une petite cérémonie de remise de diplômes a donné un caractère officiel à cette mission.

La réalité demeure pourtant et les changements souhaités dans la vie quotidienne ne dépendent pas que de la volonté de groupes de femmes aussi motivés soient-ils, ni de celle de françaises passionnées par l’amélioration de la condition féminine… Changer de moyens de contraception, par exemple, même pour des produits moins coûteux, ne peut se faire qu’au niveau du ministère de la Santé, et le confort des femmes n’y est sans doute pas la priorité…

remise des diplômes. les dames qui n'ont rien sur la tête sont Solange Morvan et Françoise Ganiayre. Le seul autre homme présent est... le mari de Solange, Eric...

remise des diplômes. les dames qui n'ont rien sur la tête sont Solange Morvan et Françoise Ganiayre. Le seul autre homme présent est... le mari de Solange, Eric...

Et maintenant le Maroc !

6 mai 2010 | Le département | Commentaires fermés

Larache : le vieux fort espagnol

Larache : le vieux fort espagnol

A peine déposées les valises de Copenhague, il a fallu les refaire.. Destination le Maroc. Les habitués de ce site savent déjà qu’un programme de coopération est en route depuis quelques années avec la province de Larache. Cette province, un peu au sud de Tanger a une large façade sur l’ Atlantique et présente à l’est un massif montagneux, le Riff. Canne à sucre, fraises, pêche animent la plaine maritime où sont situées deux villes importantes , Larache elle-même 100 000 habitants et Ksar el Kebir, 150 000 habitants. L’économie de montagne était il y a peu encore basée sur la culture du cannabis, interdite il y a quelques années. Un effort de reconversion est en cours, tentant de valoriser l’huile d’olives et les plantes aromatiques. L’accord de coopération porte sur plusieurs volets, dont deux étaient l’objet de la mission : un volet agro-tourisme avec créations de gîtes pour randonneurs dont il convenait de reconnaître l’état d’avancement, et un volet social prévoyant des rencontres avec des associations féminines de la province. C’est pourquoi la délégation se composait, outre l’élu, d’un médecin de PMI (Françoise Ganiayre…) et d’une sage femme de l’UT de Ribérac, Solange Morvan. Ces deux complices de longue date avaient, lors d’un précédent séjour déjà rencontré des femmes dans un contexte plus informel.

Mustapha Lamrani, tel qu'en lui même...

Mustapha Lamrani, tel qu'en lui même...

Mais rien n’est simple. Là bas aussi ils ont des élections… et les dernières ont modifié le paysage politique et fait disparaître nos interlocuteurs privilégiés. En particulier le Président El Karkri ( voir sur ce site les archives de mai 2009) se retrouve simple conseiller provincial, et le délégué à la santé est parti s’installer en libéral. Mais notre véritable partenaire est une association, AMIDOL, Amitié Dordogne Larache, présidée par l’omniprésent et incontournable Mustapha Lamrani. C’est lui qui supervise les travaux des gîtes à Boujedyane, commune du Riff, sur laquelle a été mise en place une Maison Familiale Rurale, en relation étroite avec celle de …Thiviers… Le monde est petit. C’est lui aussi qui a réuni la vingtaine de femmes représentantes d’associations féminines (on ose pas encore dire féministes, quoique…) que Françoise et Solange doivent rencontrer. C’est lui aussi qui me permettra de rencontrer les nouveaux élus, en particulier le nouveau « Rais » Abdallah El Hsissen.

(à suivre …)

Larache : le front de mer en cours d'aménagement.

Larache : le front de mer en cours d'aménagement.

Bourdeille à l’heure occitane.

5 mai 2010 | Le département | Commentaires fermés

On ne sait pas trop encore comment l’appeler. Centre Culturel occitan ? Centre de Culture occitane ? Centre de ressources sur la culture occitane ? Quoi qu’il en soit, l’affaire qui couve depuis une douzaine d’années est entrain de voir le jour. Le Président Cazeau m’a chargé de travailler sur ce projet qui était cher à Michel Debet. L’idée de départ était, et est toujours, du moins en partie, de faire de ce Centre un lieu dédié à la musique et à la littérature des troubadours, et le château de Bourdeille deviendrait ainsi une vitrine de l’époque médiévale fastueuse où les grands noms du show-bizz étaient Bertran de Born, Arnaud Daniel, Arnaud de Mareuil, Guiraud de Bornelh, et nos proches voisins Jaufre Rudel et Bernard de Ventador.

drapeau-occitanOn imagine facilement le château retrouver une vie artistique au son des vielles, des luths, des violes de gambe et où l’on chanterait le printemps revenu, l’amour de sa Dame, les plaisirs de la guerre. Mais cette image, aussi prestigieuse et attractive soit-elle ne peut résumer à elle seule les actions développées depuis plusieurs années autour de la langue et de la culture occitane. Le pôle occitanie-patrimoine, chargé de m’aider dans cette tâche, a développé en partenariat avec l’ Institut d’ Etudes Occitanes une politique moderne forte : travail sur la langue, toponymie, formations des acteurs du tourisme et des services à la personne à domicile ou en maison de retraite, médiation au niveau scolaire, développement des projets de territoire, organisation de cours pour adultes, travail sur la mémoire, aide à la création et à la diffusion de spectacles occitans, etc… Ajoutons à cela le regard intéressé et bienveillant de la Région, qui souhaite bien sûr que cette structure soit un relais fort de sa politique en faveur des Langues Régionales et pourrait en faire le relais de l’Office Public Régional de la Langue Occitane qu’elle envisage de créer. On voit donc que les tâches ne manqueront pas et il n’est pas exclu que le Centre de Bourdeille, à vocation au départ au moins départementale, n’élargisse pas son activité à la Région Aquitaine, bien sûr, mais aussi aux Régions Limousin Poitou-Charentes, Midi Pyrénées, aux régions occitanes d’ Italie et d’ Espagne… Et il n’y a pas de raison de s’arrêter là … Mais tout le monde connaît la fable de Perrette et du Pot au Lait… Avant que ce Centre de Culture Occitane ne soit fonctionnel, bien des obstacles devront être surmontés, ne serait-ce que la résistance administrative à un projet qui va coûter des sous et dont certains ne voient pas l’intérêt… mais le courage et la détermination ne manquent pas, ni le soutien politique : de nombreux conseillers généraux sont partie prenante de ce projet Et députés et sénateurs, engagés par ailleurs au plan national pour la défense des Langues Régionales ne ménageront pas leur peine dans ce qui pourrait être un parcours du combattant.

Y a pas photo ! Ce terme emprunté au monde des courses, peut aussi signifier… qu’il n’y pas de photo… Mon appareil déchargé n’a pu immortaliser cette réunion fondatrice d’un comité de pilotage élargi qui s’est tenu dans la salle de réunion du château de Bourdeille. S’il y avait photo, vous pourriez voir : Jérémie Obispo, chargé de mission Langue Occitane à la Région Aquitaine, Jean François Gareyte, de l’ Agence Culturelle, spécialiste des troubadours, Philippe Debet des services départementaux du Tourisme, Stéphane Ingouf, directeur de la fédération des Centres Sociaux, Jannik Nadal, conseiller général de Montagrier et président du Pays Périgord Vert, Olivier Chabreyrou, maire de Bourdeille, François Lagorce, du Pôle Occitan de l’Agence Culturelle, qui a ce dossier en charge, Valérie Vallès de l’ Agence Technique Départementale, chargée de coopération entre les Pays du Périgord et l’étranger, Christelle Boucaud, attachée parlementaire de Colette Langlade, Catherine Puyzarnaud, agent de développement culturel du Pays Périgord Vert, Eric Dosset, directeur de la SEMITOUR, qui gère actuellement le Château de Bourdeille, et puis Jean Ganiayre, enthousiaste et inquiet, et désolé d’avoir un appareil photo qui ne marche pas…

S’il y avait photo, il y a des gens qu’on ne pourrait quand même pas voir : Germinal Peiro, Michel Moyrand, Claude Berit-Debat, Didier Vignal, Didier Bazinet, Jean Paul Couvy, qui s’étaient excusés mais souhaitent être impliqués dans la suite des évènements. Signalons aussi l’absence excusée de l’Institut de Etudes Occitanes, qui est la cheville ouvrière du projet.

A propos

Jean Ganiayre, Conseiller Général du Canton de Brantôme,

Président de la 3°Commission (Sociale),

Président du Bureau de la Commission Locale d’ Insertion du Nontronnais.

Membre de la Commission des Droits à l’Autonomie des Personnes Handicapées,

Membre du Conseil d’ Administration de l’Agence Culturelle Départementale,

Membre du C.A. du Conservatoire à Rayonnement Départemental (Ancienne Ecole de Musique),

Membre du C.A. de Ciné-Passion.

Et ce n’est pas tout !

Président du G.A.L. Leader du Périgord Vert (fonds européens),

Vice-Président du Pays Périgord Vert.

Et…

Délégué à la Langue et Culture occitanes,

Délégué aux affaires médicales,

Membre de la Commission Préfectorale Nature, sites et Paysages.

Je crois que c’est tout. (et puis bien sur, membre des Conseils d’ Administration des trois établissements médico-sociaux du canton : Maisons de retraite de Brantôme et Bourdeille, Foyer d’Accueil La Prada à Bourdeille).

 

mai 2010
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Catégories

Archives

Visitors Online