La Rivière Dordogne à l’honneur

22 février 2013 | Le département

C’est 20 ans de travail que vient de couronner l’ UNESCO en attribuant a Epidor le label de Réserve Mondiale de Biosphère. Epidor, Etablissement Public Territorial du Bassin de la Dordogne.

La Dordogne ! Née au Mont Dore, elle est bientôt grossie par le Chavanou, le Langlade qui arrose Ussel, la Triouzoune ,le Luzege et le Doustre qui descendent sur sa rive droite du plateau de Millevaches, tandis que rive gauche, venant des Monts du Cantal, viennent la grossir la Tarentaine, la grande et petite Rhue, la Sumène et le Mars, l’Auze qui baigne Mauriac, et surtout la Maronne grossie de la Bertrande, puis avant d’arriver dans le Lot, la Jordanne et la Cère qui confluent à Aurillac. Toujours rive gauche, c’est maintenant l’Alzou, l’Ouysse souterraine et le Céou. Et puis à Limeuil, le premier gros affluent de la rive gauche, la Vézère, qui vient elle aussi du plateau de Millevaches, grossie rive droite du Bracasdou et de la Loyre, mais surtout rive gauche par la Corrèze qui arrose Tulle et Brive, et ses deux affluents, la Gimelle et le Maumont. La Dordogne a maintenant fière allure. Avant d’arriver à Bergerac où l’attend le Caudeau, elle recevra rive gauche la Couze, puis avant de passer en Gironde, la Lidoire rive droite. Et puis à Libourne, elle est rejointe par les eaux du Limousin portées par l’Isle. Celle-ci, née en Limousin reçoit rive gauche la Loue, l’Auvezère, le Vern, et à Coutras la Dronne ,née à la forêt de Viellecour et elle-même grossie de la Côle, de la Nizonne, de la Tude… La Dordogne n’aura plus qu’à glisser jusqu’au Bec d’ Ambès où elle rejoint la puissante Garonne, encore qu’à leur rencontre, bien malin peut dire qui se jette dans qui… Voilà le bassin versant de la Dordogne, et je ne vous parle même pas de la Gardonette, de la Donzelle, du Boulou et du Bufebale…

le bassin versant de la Dordogne

Vous allez vous demander, si vous arrivez jusqu’ici, qu’est ce qui lui prend, au Jean de nous faire ce cours de géographie… C’est qu’un évènement majeur vient de consacrer les 24 000 kilomètres carrés du bassin versant de la Dordogne : son inscription par l’UNESCO au Réseau Mondial des Réserves de Biosphère. Sa taille en fait la plus grande de France et la première au monde construite autour d’un bassin versant et de son bassin hydrographique. Cela valait bien cette promenade au long des six départements qui depuis vingt ans veillent sur elle, sur la qualité de ses eaux et de ses rives au sein d’ EPIDOR, l’établissement Public Territorial du Bassin de la Dordogne. “ En s’appuyant sur ses cultures, ses savoirs, sa biodiversité, ses musiques, ses goûts et ses saveurs, la Réserve de biosphère du Bassin de la Dordogne irrigue et transmet la vie, crée le lien entre ses territoires de l’amont à l’aval. La désignation en réserve de biosphère nous rappelle que nous, les humains, nous faisons partie du vivant et qu’il est de notre devoir et de notre responsabilité de transmettre cette vie et toutes ses possibilités à nos enfants ”. C’est ainsi que s’est exprimée Meriem Bouamrane, responsable du programme Man and Biosphere à l’UNESCO lors de la remise du diplôme au Président Cazeau lors du 20° anniversaire d’ EPIDOR. Un qui doit être content, c’est notre La Boetie, qui commençant un sonnet par ces vers :

Je vois bien ma Dordogne, encor humble tu vas :

De te montrer Gasconne, en France, tu as honte…

le termine ainsi :

Laisse, laisse moi faire, et un jour, ma Dordogne

Si je devine bien, on te connaîtra mieux ;

Et Garonne et le Rhône, et ces autres grands dieux

En auront quelque envie, et possible, vergogne.

Dordogne, te voilà reçue parmi les grands, mais pour moi, tu resteras la rivière caillouteuse que je partageais l’été avec les vaches altérées de Pontours, où le souvenir du Colobre dévorant les gabariers était si vif. Et la langue occitane dont je ne savais pas que je deviendrai amoureux résonnait déjà à mes oreilles d’enfant, mais ne dit-on pas :

Auvernha e Carcin, Perigòrd e Gasconha

Nòstra lenga es gabarra que davala Dordonha…

le diplôme consacrant la rivière Dordogne

le diplôme consacrant la rivière Dordogne

Mme Meriem Bouamrane, responsable du programme « Man and Biosphere à l'UNESCO »

Mme Meriem Bouamrane, responsable du programme « Man and Biosphere à l'UNESCO »

Extraits de la plaquette éditée par EPIDOR à l’occasion de la remise du diplôme.

A propos

Jean Ganiayre, Conseiller Général du Canton de Brantôme,

Président de la 3°Commission (Sociale),

Président du Bureau de la Commission Locale d’ Insertion du Nontronnais.

Membre de la Commission des Droits à l’Autonomie des Personnes Handicapées,

Membre du Conseil d’ Administration de l’Agence Culturelle Départementale,

Membre du C.A. du Conservatoire à Rayonnement Départemental (Ancienne Ecole de Musique),

Membre du C.A. de Ciné-Passion.

Et ce n’est pas tout !

Président du G.A.L. Leader du Périgord Vert (fonds européens),

Vice-Président du Pays Périgord Vert.

Et…

Délégué à la Langue et Culture occitanes,

Délégué aux affaires médicales,

Membre de la Commission Préfectorale Nature, sites et Paysages.

Je crois que c’est tout. (et puis bien sur, membre des Conseils d’ Administration des trois établissements médico-sociaux du canton : Maisons de retraite de Brantôme et Bourdeille, Foyer d’Accueil La Prada à Bourdeille).

 

juillet 2014
L Ma Me J V S D
« juin    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Catégories

Archives

Visitors Online