Simon de Monfort, 800 ans après

23 septembre 2018 | Les chroniques

Il y a 800 ans, devant Toulouse, le 25 juin 1218 meurt Simon de Montfort, tué par une pierre lancée par un engin manié par des femmes… Ainsi se termine la vie de celui qui fut le bourreau de l’ Occitanie médiévale, celui qui obéit sans hésiter au « Tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens » d’Arnaud Amaury, légat du pape Innocent III, au siège de Béziers. Puis, pendant six ans, il inscrit une trace sanglante dans toute l’Occitanie : Carcassonne, Mirepoix, Pamiers, Saverdun, Preixan, Minerve, Termes, Lastours, Castelanaudary, Bram, Albi, puis en Agenais e même en Périgord où il vient pourchasser l’hérétique Bernard de Cazenac jusque dans son château de Castelnaut. La lutte contre l’hérésie s’est transformée en une vaste mise en proie du pays dont Simon se voit bien le seigneur.. Puis c’est enfin le deuxième siège de Toulouse qui a ouvert ses portes au Comte Raymond VII… Le deuxième chroniqueur de la Croisade des Albigeois salue ainsi la mort de Simon : Si pour tuer des hommes et répandre le sang, pour perdre des âmes, pour consentir à des meurtres, pour croire des conseils pervers, pour allumer des incendies, pour détruire des barons, pour honnir Paratge, pour prendre des terres par violence, pour faire triompher orgueil, pour attiser le mal et éteindre le bien, pour tuer des femmes, égorger des enfants, on peut en ce monde conquérir Jésus-Christ, Simon, tu dois porter couronne et resplendir dans le ciel !

Cette Histoire terrible qui est celle de tous les Occitans n’a guère été relatée par l’Histoire de France. Simon de Montfort est même présenté comme un grand défenseur del’Eglise et c’est à ce titre que son portrait est commandé par Richelieu pour sa galerie des Hommes Illustres… La présence inexpliquée de ce portrait au château renaissance de Bourdeille a été vécue comme une provocation dans ce bourg occitan s’il en est un !

C’est pourquoi l’association Pampaligòssa a invité Katy Bernard, médiéviste et occitaniste de l’université de Bordeaux Montaigne à venir parler de la Canson de la Crosada dont elle a donné une lecture originale où elle montre comment lo continuateur anonyme auquel on doit la seconde partie de la Canson révèle que la mort de Simon était inéluctable après le choix d’Innocent III de lui attribuer le comté de Toulouse contre l’avis de Dieu… Le pape avait effectivement lu dans les saintes écritures dont il faisait usage lors de séances de libromancie que ce comté devait revenir à Raymond VII, mais n’avait pu résister au « lobby » des cardinaux partisans de Simon ! Dès lors, Simon était condamné, et «  la pierre devait frapper où il fallait… » Cette conférence passionante fut suivie d’un poème musical par le groupe bordelais Dies Irae où la voix de Caty vint réveiller les murs de la grand salle du chäteau de Bourdeille qui ne l’avaient plus entendu depuis longtemps ce superbe occitan médiéval.

A propos

Jean Ganiayre, Conseiller Général du Canton de Brantôme,

Président de la 3°Commission (Sociale),

Président du Bureau de la Commission Locale d’ Insertion du Nontronnais.

Membre de la Commission des Droits à l’Autonomie des Personnes Handicapées,

Membre du Conseil d’ Administration de l’Agence Culturelle Départementale,

Membre du C.A. du Conservatoire à Rayonnement Départemental (Ancienne Ecole de Musique),

Membre du C.A. de Ciné-Passion.

Et ce n’est pas tout !

Président du G.A.L. Leader du Périgord Vert (fonds européens),

Vice-Président du Pays Périgord Vert.

Et…

Délégué à la Langue et Culture occitanes,

Délégué aux affaires médicales,

Membre de la Commission Préfectorale Nature, sites et Paysages.

Je crois que c’est tout. (et puis bien sur, membre des Conseils d’ Administration des trois établissements médico-sociaux du canton : Maisons de retraite de Brantôme et Bourdeille, Foyer d’Accueil La Prada à Bourdeille).

 

décembre 2018
L Ma Me J V S D
« sept    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Catégories

Archives

Visitors Online