Eslingada dau 6 de junh a la Librariá Occitana de Lemòtges

 

 

MURTRES EN NAUTA DORDONHA

La polícia punharà gaire trobar l’assassin…

 

Joan Ganhaire a escrich 7 romans policiers que lor eròi es lo comissari Darnaudguilhem

 

Sorne Trasluc, 2004 :

murtre d’Azram, goró da la secta daus Frais de las Estelas, a Peiramaura (istòria inspirada de l’installacion vertadiera de la secta Rael dins lo ranvers de Bordelha)

 

Las tòrnas de Giraudon, 2010 :

murtre de Josep, jardinier, a Las Pitas Peças (istòria d’un orfanelat dau temps de la seconda guerra mondiala, problemas de sabrondaments sexuaus dins l’encastre istoric de la collaboracion e de la resisténcia)

 

Vautres que m’avetz tuada, 2013 :

murtre de 3 medecins a Maraval (afar medicau d’esterilizacion d’una femna sens que zo sapche)

 

Chamin de Copagòrja, 2015 :

murtre de Consuelo, Espanhòla, a Copagòrja (istòria de venjança sentimentala e enquesta illegala)

 

Sevdije, 2016 :

murtre de 2 emplejats de prefectura a Maraval (afar de trafic d’organes en provenença dau Kosovo dau temps de la guerra emb los Serbis, fachs vertadiers, enquesta dau Conselh de l’Euròpa enquera en cors en 2019, chirurgian turc…)

 

Un tant doç fogier, 2017 :

murtre d’una endechada au fogier « L’Espelida » e critica dau fonccionament d’aquel fogier

 

La mòrt vai mai regde que lo vent, 2018 :

murtre de Tiago, gitan, a Maraval (afar de dròga boirat ad un afar d’onor e de lei gitana)

 

Que quo es, la Nauta Dordonha ?

 

Las istòrias se passan en Peiregòrd verd, entre Maruelh e Maraval, una vilòta qu’es estada eimaginada per Ganhaire en partir de Peiregüers e d’Agen.

 

 

Maraval

 

Es la Prefectura de Nauta-Dordonha, departament imaginari d’un país occitanofòn qu’a pas de frontieras, mas que son organizacion administrativa sembla la de França.

 

Que l’i a a Maraval ?

Lo comissariat, segur, mas tanben un ospitau, un Palais de Justìcia, lo licèu Joan Ros, lo collègi Micheu Chapduelh, la clinica daus Jarrics Verds, la gara, de restaurants e de cafès (Las Copolas o lo Cafè dau Miegjorn), d’ostalariás (Las Glicinas), un estadi, mai d’una egleisa, e la catedrala Senta-Aulaia.

La vila se tròba dins un recobde de la ribiera Fontladosa, quò fai que l’i a tanben mai d’un pont. A de barris vielhs, de vestigis gallo-romans (d’arenas, coma a Peiregüers), de barris borgès, de barris populars, d’immòbles bon merchat, de lotejadís, de vargiers obriers (Las Pitas Pèças).

Aquel texte se tròba dins Las tòrnas de Giraudon, onte lo jardinier Josep es estat tuat.

 

« Las Pitas Peças, enquera ‘peladas los Petaçons, eran quela plaça en defòra dau temps ente daus vielhs mossurs ‘bilhats de blaus e de chamisas a carreus passavan lor restant de vita a amistonar daus rengs de monjetas, de cotelons, d’artrichaus, d’inhons, de gòuça, de pompiras, de porradas e tanben de ròsas, de leris, de margaritas… Ancians vergiers obriers, eran tot en lonjor, pas mai larges de dietz metres, colavan doçament de l’estadi Joan Passalerga a la ribiera. Enfin, pas tot-a-fet. I aviá un pitit chamin que separava los portissons daus vergiers de la Vòlga, de son nom vertadier Fonladosa, mas entau chafrada que las doàs comunas que ne’n fasián la riba eran totjorn estadas rojas, mai a las darrieras cantonalas, quo es los dos cantons que ‘vián chanculat a mance. Queu sendareu seguiá donc la riba drecha e era entrecopat tots los dietz metres de tudeus que ‘navan pompar l’aiga per tener tota ‘quela leguminalha au fresche. Quò fai que los ciclistas que d’aventura seguián la Vòlga eran pres d’un genre de sanglut a chasque subresaut. La màger part dau temps, un s’i riscava nonmàs d’a pè, e enquera en los levar bien naut per pas s’entraupar dins las serps de caotchoc o de plastic. »

 

[Les Petites Pièces, aussi appelées les Pétaçous, étaient cet endroit hors du temps où des vieux messieurs vêtus de bleus et de chemises à carreaux passaient ce qui leur restait de vie à lier amitié avec des rangs de mogettes, de haricots, d’artichauts, d’oignons, d’ail, de pommes de terres, de poireaux, mais aussi de roses, de lys, de marguerites… Anciens jardins ouvriers, elles étaient toutes en longueur, pas larges de plus de dix mètres, elles descendaient doucement du stade Jean Passalergue à la rivière. Enfin, pas tout à fait. Il y avait un petit chemin qui séparait les portails des jardins de la Volga, de son vrai nom Fonladouse, mais ainsi surnommée parce que les deux communes qui la bordaient avaient toujours été rouges, et même, aux dernières cantonales, c’étaient les deux cantons qui avaient basculé à gauche. Ce sentier suivait donc la rive droite, et était entrecoupé tous les dix mètres de tuyaux qui s’en allaient pomper l’eau pour tenir au frais tous ces légumes. Ce qui faisait que les cyclistes qui d’aventure suivaient la Volga étaient pris d’une sorte de hoquet à chaque soubresaut. La plupart du temps, on ne s’y risquait qu’à pieds, et encore, en les levant bien haut pour ne pas s’entraver dans les serpents de caoutchouc ou de plastique.] Tòrnas de Giraudon p.18

 

I a tanben de terrenhs per lo retrum e de zonas escartadas onte vivon lo monde dau viatge.

Maraval a son epopèia sociala, la de la granda greva daus obriers de la SNCO en 1925 (la vertadiera, la de Peiregüers, es estada facha en 1920), que lo « barri roge » ne’n serva lo sovenir (Cafè de las Barricadas, Plaça dau 8 de junh 1925, charriera Sicari Daugieras.

 

Maraval es mai que mai una vila qu’exista per los mots.

Las charrieras an de noms de personatges plan coneguts demest los occitanistas : Cors Lesfargas, charriera Olivier Pijasson, avenguda Dau Melhau, etc… Es un biais per l’autor de rendre justicìa e omenatge a lor trabalh, de dire que quò se podriá far…

 

I a d’autras vilas : Aiguranda, a riba de Dordonha, inspirada per Liborna ; Chasteu-Belaiga, ont se tròba la maison (lo convent) Sent-Vincent, es una transpausicion de Château l’Évêque.

 

 

La campanha

 

Lo mai sovent, lo comissari fai sas enquestas dins la campanha.

La tota primiera es la de Sorne Trasluc, que se passa dins un encastre particular au Peiregòrd : un bauç calcari d’una forma especiala (chafrat lo Plat a Barba), que surplomba una ribiera, e qu’es trauchat de cròsas (la Cròsa Pincada).

 

Quò es tanben dins una cròsa que Frederic e Teulieras van tornar trobar lo cadabre de Consuelo l’Espanhòla, en cherchar d’aiga :

 

« E Frederic aviá contat coma lo bocin de nosilhera aviá començat de bolegar, tot suau per començar, puei de mai mei vite, e coma, dins quela pelada cramada per la comassa, una trainada verda aviá ‘pelat l’uelh, coma entre dos rochiers a ras de causse, una fendassa s’era montrada, d’ente montava un aer fresche e umide. La brancha banarda se teniá pus d’aise. De l’aiga, dejós. Lo sorsier e Frederic avián coijat un gabolian e dos pudís, dostat doas-tres peiras… Un còp de lampisson aviá montrat la debuta d’una penda regda, un genre de colada de gresas que se perdiá dins l’escuretat. »

[Et Frédéric avait raconté comment le morceau de noisetier avait commencé à bouger, tout doucement pour commencer, puis de plus en plus vite, et comment sur ce sol nu brûlé par la canicule, une traînée verte avait attiré l’œil, comment entre deux rochers à ras du causse, une crevasse était apparue, d’où montait un air frais et humide. La branche cornue ne se tenait pas d’aise. De l’eau, dessous. Le sourcier et Frédéric avaient couché un églantier et deux cornouillers, enlevé deux ou trois pierres… Un coup de lampe-torche avait montré le début d’une pente raide, une sorte de descente graveleuse qui se perdait dans l’obscurité.] CDC p.139-140

 

Ganhaire aima mai que mai los punts nauts, d’ente l’òm pòt veire çò que se passa (los termes, los puegs). Per exemple, dau naut de son terme, lo bargier Nardon a espiat lo biais que los sodards alemands son estats fusilhats. Mas queu país es un país voide, o voidat. Los vilatges, las bòrias, las escòlas, semblon abandonadas. Veiquí un genre de descripcion que tòrna mai d’un còp dins l’òbra de Ganhaire (e pas nonmas dins los policiers) :

 

Las tòrnas de Giraudon :

« Segueren daus arrodaus bien marcats que tarderen pas a los menar dins una bassa cort ombratjada per un grand tilhòu. Aquí tanben, lo temps semblava s’èsser calat. La maison bassa a la teulada envierlada fasiá angle coma ‘na granja au portau landat, ente se vesián un vielh petaron, una tombarela blava, daus cornadís voides ente las rantelas se boiravan au vielh fen chaumenit. Dins la bassa cort, una rasteliera au sieti de fèr fricassava au solelh, espandent una odor de graissa chauda. Lo sole signe de vita veniá de quauquas gàbias ente daus rosicaments, de vagues remudadís d’aurelha e una olor especifica senhalavan aus vesitaires la preséncia de lapins. Pas un quite chen, pas un quite margaud. Una vielha bicicleta durmiá jos la glicina que fasiá una mòda de solombrador. Mas las piadas seguidas per venir quí traïssián d’evidéncia una preséncia automobila. Tusteren sens grand espèr a la pòrta vitrada de çò que deviá èsser una cosina, e le Goff se laisset anar a luquetar. Barrat emb clau… Fagueren lo torn de la maison a man drecha. Aquí, un pitit vergier, una serva a l’ombra d’un saücau, un bastiment nuòu e un grand barradís ente una trentena d’ovelhas se tenián au pilòt. Un chamin d’erba colava dins una comba que menava a-d-una lonja renja de pibles, benleu a la riba d’un riu. »

[Ils suivirent des ornières bien marquées qui ne tardèrent pas à les mener dans une basse-cour ombragée par un grand tilleul. Ici aussi, le temps semblait s’être arrêté. La maison basse à la toiture tordue faisait angle avec une grange au portail ouvert, où l’on voyait un vieux vélomoteur, une charrette-tombereau bleue, des cornadis vides où les toiles d’araignées se mêlaient au vieux foin moisi. Dans la basse-cour, un râteau-faneur au siège de fer fricassait au soleil, répandant une odeur de graisse chaude. Le seul signe de vie venait de quelques cages où des bruits de choses rongées, de vagues mouvements d’oreilles et une odeur particulière signalaient aux visiteurs la présence de lapins. Pas même un chien, pas même un chat. Une vieille bicyclette dormait sous la glycine qui lui faisait une sorte de tonnelle ombragée. Mais les traces qu’ils avaient suivies pour venir trahissaient d’évidence une présence automobile. Ils frappèrent sans grand espoir à la porte vitrée de ce qui devait être une cuisine, et Le Goff se laissa aller à essayer le loquet. Fermé à clé… Ils firent le tour de la maison par la droite. Ici, un petit jardin, une serve à l’ombre d’un sureau, un bâtiment neuf et un grand enclos où s’entassaient une trentaine de brebis. Un chemin herbu descendait dans une combe qui menait à une longue rangée de peupliers, peut-être au bord d’un ruisseau.] (Tòrnas de Giraudon p. 95-96)

 

Quò crea una atmosfera de nostalgia, per exemple quand Darnaudguilhem e Le Goff entran dins l’escòla d’a Crassac, escòla d’autres còps, aurá barrada :

 

« Los dos policiers butiren un portau de fer un pauc rangassaire e se troberen dins una cort ombrajada per dos marroniers. Las fenestras nautas, la pòrta de buesc en naut d’una pita volada d’eschaliers, l’alapens ente una còrda pendilhava d’un traulatge, e subretot, a man mança, lo pitit bastiment de tres pòrtas que nonmàs la dau mitan montava jurcinc qu’au lendau, tot aquò laissava gaire de dobte : dins quela cort d’escòla, mancava nonmàs los mainatges ; maugrat que quò sonès aurá miegjorn, pas lo mendre rascladís de sabatas e de bancs rebutits, pas d’envolada joiosa, pas de baralha nimai de votz adulta que s’esforcès de botar un pauc d’òrdre a la surtida dau cors elementari. La tustada de Le Goff e l’ «entratz » que i respondet soneren dins un voide un pauc triste e sauvestrós, parier coma lo respons de las eschinletas lonh dins las maisons desertas. Luqueteren un moment avant de poder drubir la pòrta un pauc sarrada per l’umiditat. Agueren una piunada au cur. La classa era aquí. Chasca taula aviá sos encriers de porcelana, un caier plejat de papier blu, emb una etiqueta vierja. De plaça en plaça, un cartable sus un banc semblava laissat per un mainatge qu’anava bombar de defòra en dire : « Monsur, Monsur, ai oblidat mon sac ! » Au fons de quela classa mòrta, velhant sus Diu sap quaus sovenirs, Monsur Gautier los espiava per dessús sas lunetas cercladas d’aur. »

 

[Les deux policiers poussèrent un portail de fer un peu geignard et se trouvèrent dans une cour ombragée par deux marronniers. Les hautes fenêtres, la porte de bois en haut d’une petite volée de marches, l’appentis où une corde pendait de la charpente, et surtout, à gauche, le petit bâtiment à trois portes dont seule celle du milieu montait jusqu’au linteau, tout cela ne laissait guère de doute : dans cette cour d’école, il ne manquait que les enfants ; bien que midi fût en train de sonner, pas le moindre raclement de chaussures et de bancs qu’on repousse, pas d’envolée joyeuse, pas de bagarre ni de voix d’adulte qui se serait efforcée de mettre un peu d’ordre à la sortie du cours élémentaire. Le coup frappé par Le Goff et le « entrez ! » qui lui répondit résonnèrent dans un vide un peu triste et sinistre, comme l’écho lointain des sonnettes dans les maisons désertes. Ils agitèrent un moment le loquet avant de pouvoir ouvrir la porte un peu coincée par l’humidité. Ils eurent un pincement au cœur. La classe était là. Chaque table avait ses encriers de porcelaine, un cahier enveloppé de papier bleu, avec une étiquette vierge. Çà et là, un cartable sur un banc semblait avoir été laissé par un enfant qui allait bondir de dehors en disant : « Monsieur, Monsieur, j’ai oublié mon sac ! » Au fond de cette classe morte, veillant sur Dieu sait quels souvenirs, Monsieur Gautier regardait par-dessus ses lunettes cerclées d’or.] (Sorne Trasluc p.110-111)

 

Parier per l’orfanelat de Giraudon, onte Darnaudguilhem e Le Goff s’eimaginan lo desrei daus mainatges abandonats… (Tòrnas de Giraudon p. 70)

 

Mas quò es nonmas l’aparéncia : en realitat, los luòcs son clafits de sovenirs, que son las tòrnas vertadieras. E lor chau rendre justìcia per las apasimar.

 

Dins aquel contexte, i a de particularitats de conéisser per un policier :

 

Tot en suor, boiticant, se lancet sus un sendareu meitat esfaciat que s’enfonçava dins una jarriçada requiquilhonada jos la gabor… Quò deviá èsser emperaquí… La votz de Frederic, partit en avant, lo confortet dins son idèia. Quò es ben ‘quí… Enquera una vintena de sauts de lapin esbarrancat e ‘ribet dins una esclarziera ente, entre ginebres e jarriçons, se vesián doas chausas, una chabana de peiras sechas a la teulada redonda, e l’òrle d’un vielh potz.

Los potz, tot lo monde sap que se’n fau mesfisar. Los goiassons de la campanha ne’n fasián lo torn, lonh, per cas que la vielha o la berana que i demorava los voudriá gafar e far segre dins las prigondors negras, plenas de bèstias òrras e liposas, ‘vances de los nejar dins las aigas sornas e gialadas. E tot lo monde sap que quò es una plaça de prumiera per escondre çò qu’òm vòu far disparèisser, saloparias, bèstias crebadas, cadabres umans… Quò era marcat au chapitre dotze dau Libre de Criminalistica Aplicada, paja quatre vint cinc, chapitre XIII, paragrafe dietz, Chercha daus Còrps Dispareguts en Mitan Rurau, e ben los potz venián en bona posicion, a penas dernier las servas, estanhs, ribieras, mas bien davant los vergiers que, ilhs, avián l’onor de la prumiera plaça au paragrafe Chercha daus Còrps Dispareguts en Mitan Urban, davant los pilòts de charbon, las descharjas municipalas e las consinhas de gara, ente los dispareguts eran generalament tornats trobar a bocins dins de las valisas o daus sacs de retrum.

 

[Tout en sueur, en boitillant, il se lança sur un sentier à moitié effacé qui s’enfonçait dans une chênaie recroquevillée sous la chaleur écrasante… Ce devait être par ici… La voix de Frédéric, parti devant, le conforta dans son idée. C’est bien ici… Encore une vingtaine de sauts de lapin ankylosé et il arriva dans une clairière où, entre genévriers et petits chênes, on voyait deux choses, une cabane de pierres sèches au toit arrondi et la margelle d’un vieux puits.

Les puits, tout le monde sait qu’il faut s’en méfier. Les gamins de la campagne en faisaient le tour, de loin, au cas où la vieille ou la berane qui l’habitait aurait voulu les attraper et les faire descendre dans les profondeurs noires, pleines d’horribles bêtes gluantes, avant de les noyer dans les eaux sombres et glacées. Et tout le monde sait que c’est l’endroit rêvé pour cacher ce qu’on veut faire disparaître, saloperies, bêtes crevées, cadavres humains… C’était écrit au chapitre douze du Livre de Criminalistique Appliquée, page 85, chapitre 13, paragraphe 10, Recherche des Corps Disparus en Milieu Rural, eh bien, les puits arrivaient en bonne position, juste après les serves, étangs, rivières, mais bien devant les jardins qui, eux, avaient l’honneur de la première place au paragraphe Recherche des Corps Disparus en Milieu Urbain, devant les tas de charbon, les décharges municipales et les consignes de gare, où les disparus étaient généralement retrouvés en morceaux dans des valises ou des sacs d’ordures.] (Chamin de Copagòrja p.129-130)

 

 

Lo monde dau comissariat

 

L’équipa de policiers de Maraval foncciona coma un eròi collectiu, coma un perlonjament de son chefe, Darnaudguilhem.

 

L’eròi collectiu se tròba per exemple, dins lo conte dau Charreton que marcha tot sol (collectat per Antonieta Conhon /Antoinette Cougnoux, veire Contes de las Monedieras, numerò de la revista Lemouzi) tots los personatges jogan un ròtle dins la victòria finala dau dròlle que vai maridar la princessa. Parier dins lo conte de Joan de l’Orsa.

Chasque personatge a de qualitats que venon completar las de l’eròi principau.

 

Au comissariat de Maraval, chafrat « la botica », i a jamai de baralha entre los policiers : son totjorn tots de consent per tot, si talament son fiers de trabalhar per lor comissari. Son tanben ligats per un passat comun : los afars qu’an resougut, las victòrias qu’an festejadas, los dòus qu’an enfaciats ensemble…

 

 

Darnaudguilhem

 

Es chafrat « lo bastard » :

« en omenatge au còp a sa naissença dobtosa e a son nas de chen mau definit, pus ardent a la chaça e pus fin de las nasieras que tots los raçats dau monde. » ST, 19

[en hommage à la fois à sa naissance douteuse et à son nez de chien mal défini, plus ardent à la chasse et au flair plus fin que tous les chiens de race du monde.]

 

Es un chen de chaça, en quista. En quista de glòria, de reconeissénça, de femnas, e mai que mai de veritat.Compta sus son nas, nifla, sent, a d’intuicions. Mas es tanben bastard, lo mot a un sense doble.

Lo nom dau comissari es polisemic : es au còp Alexandre lo conquistaire, Alexandre (Dumas) que Ganhaire lo remira. A un nom de letras doble, bastit sus Arnaud e Guilhem, que comptan demest los pitis noms los mai frequents dins lo ranvers de Bordeu au segle XII, e mai lo pitit nom doble Arnaud-Guilhem ; mas quò es tanben lo pitit nom de l’eròi d’un autre roman de Ganhaire, Lo darrier daus Lobaterras, seguit dau pitit nom de l’eròi d’una novela, Lo sendareu daus ginebres. Dins quelas òbras, Arnaud e Guilhem son au còp chaçaires e predas, borreus e victimas

 

Las qualitats de Darnaudguilhem :

 

Es un pair per sos òmes, pietadós, lor perdona lors pitits defauts :

 

Meitat cuech, Jarjeta esperava. Daus vesins de vergier avián ‘gut pietat de eu e li ‘vián portat beure e pas nonmàs de l’aiga. E Riublandon auriá pogut venir e se’n tornar sens esvelhar lo durmeire. […] Lo comissari resistet a la tentacion de fotre un grand còp de pè dins los pecons de la chadiera, au risque de veire son subordonat far un saut d’un metre de naut e tornar tombar a l’azard dins tot lo tremblament dau paubre Josep Crosilha. En plaça de quò, faguet mina de s’entraupar dins una selha que trainava dins lo vergier dau vesin e aguet lo plaser de veire lo gardian de la mòrt surtir dau durmir d’un subresaut, sens domatge aparent per l’environament. Aguet quitament lo temps de prener l’aer esvelhat, çò que desjà a l’estat normau era ‘na performança. (Tòrnas de Giraudon p. 33)

 

Darnaudguilhem es vengut une legenda viventa que Chadorna e Jarjeta chantan sos esplechs de libre en libre, en apondre los noveus…

 

 

Le Goff

 

Ganhaire tòrna prener lo tèma de la dobla personalitat emb un autre personatge, l’inspector Le Goff.

Dins Sorne Trasluc, ven nonmas de sortir de l’ospitau. Es un esquizofrene depressiu, en causa de sa dobla origina, còrsa (sa maire) e bretona (son paire).Ganhaire ne’n tira d’efiechs comics : dins chade roman i a un passatge onte es question de la depression de Le Goff, que tascha moien d’oblidar sos problemas en beure…

 

I aviá nonmàs Ange que ‘nava pas trò bien. La baissa de temperatura e las nibles negraudas lo fasián d’umor franchament bretona. ‘Chabada la polifonia a se tot sol, ‘chabadas las olors de tim de bergiera dau Rotondo. Dins sos uelhs, i aviá nonmàs las brandas de Ploaret e las brumas de l’Aber Wrac’h. I aviá pus nonmàs a esperar un sovenir de Fest Noz e de dròlla descotilhonada sus la landa per tornar un rison au filh dau quartier mestre Joêl-Yann.

[Il n’y avait que Ange qui n’allait pas très bien. La baisse de température et les nuages noirâtres le rendaient d’humeur franchement bretonne. Finie la polyphonie à soi tout seul, finies les senteurs de serpolet du Rotondo. Dans ses yeux, il n’y avait plus que les brandes de Ploaret et les brumes de l’Aber Wrac’h. Il n’y avait plus qu’à attendre un souvenir de Fest Noz et de fille troussée sur la lande pour rendre un sourire au fils du quartier maître Joël-Yann.] (Tòrnas de Giraudon p. 94°

 

Le Goff es una mena de Darnaudguilhem (son filh espirituau) o quitament son doblemai jòune, adolescent, qu’es pas enquera pervengut a mestrejar sas pulsions, nimai a gerar sos episòdis depressius. Es totjorn temptat d’èsser infideu a sa femna, la gendarmeta Esmeralda, qu’es lo quite contrari de se : ela, a un pair còrse e una maire bretona, e pagun problema psicologic…

 

Mas Le Goff, a l’encontrari de Darnaudguilhem, a una femna que l’aima.

 

 

Ben Ahmrane

 

es l’òme perfiech : parla tres o quatre lengas, es cultivat, vertadierament e discretament cresent – es musulman – oneste, totjorn agradiu, jamai s’esmalís, a una paciença subrebela e es un informatician de primièra. Daissa practicament jamai son bureu, se serv dau telefòne e de la rantela, d’Internet, mestreja finament la tecnica.

 

Barbancés

 

es passionat de corsa de pès, es totjorn trapat a s’entrainar un pauc d’en pertot, ganha de medalhas e passa a la television : fai la renomada internacionala dau comissariat. Es un personatge comic, a de tics de malaisat suportar, coma si èra una mariòta.

 

La triada Peironin / Guita / Diagana (la partida chamjadissa du comissariat, per renovelar l’interest dau legeire)

 

 

Peironin es gròs, a una gròssa votz, autres còps jogava au rugbí e fasiá de competicions de catch. Es l’imatge de la violéncia necessariá, violéncia que put a Darnaudguilhem. Dins lo cinquen roman, Sevdije, pren sa retirada e se tua, que son trabalh li manca tròp.

La que pren sa plaça es l’inspectritz Guita Berenguier, jòuna femna plena de vam, eficaça, qu’a paur de ren, que sap archelar la faciadas (tan coma Catwoman) e que practica lo karatè. Mas en tant que femna, pòt pas far vertadierament partida de l’eròi collectiu, qu’es nonmas fach d’òmes que partejan la mesma masculinitat. Guita pòt pas èsser un perlonjament o un complement de Darnaudguilhem coma los autres policiers. En mai d’aquò Le Goff e Darnaudguilhem ne’n son tombats tots dos amorós… Adonc Guita trebla l’unitat de l’equipa en i menar lo desir : çò que fai que l’autor la manda fin finala endacòm mai, dins un autre comissariat… E puei la fai morir en far son trabalh de policiera, en complir un esplech remirable per desliurar d’ostatges dins l’ataca d’una bòria. Guita es estada un intermèdi, mas demorarà longtemps dins la memòria dau comissari desconsolat.

 

Quò es l’inspector Diagana Traoré que pren sa plaça, e lo comissariat tòrna trobar son armonia. Diagana Traoré, d’aparéncia, sembla un policier coma los autres. Mas en fach, ilh tanben a una dobla personalitat : fai partida d’una frairilha de Chaçaires (un resson au fach que Darnaudguilhem es un chen de chaça…) – qu’exista vertadierament dins l’oest african –

que son tanben fachilhiers, sortiers e garissors (estranh…, es una mena de metge…)

 

 

E per ne’n’chabar i a los agents

 

Gandilhon, Mainard, Ribiera, Puegpelut, Chadorna e Jarjeta, que pòdon passar l’un per l’autre. Fan de cafè mai o mens bon (lo de Jarjeta es lo melhor) tomban de lors chadieras, s’ocupan d’autoradios raubats o de baralhas dins los bars… : son de personatges secondaris e comics, que menon un pauc de leugieretat dins los romans.

 

Lo monde de « defòra »

 

Es a dire l’autre fàcia de la personalitat de Darnaudguilhem, ligada a son enfància doleirosa de mainatge abandonat.

 

 

Lo raconte de son enfança tòrna de libre en libre

 

coneis pas sos parents vertadiers, a jamai l’enveja de los conéisser (son de parents indignes)

es estat fisat a l’Assistença, puei plaçat dins una familha violenta qu’a mancat tuar un autre mainatge que n’en aviá la garda.

Mamà Faidit es tota a son « Sandron », emb un amor qu’a pas de boinas, idealizat. Sembla pas far atencion au Pair Faidit que mena sa vita de son costat, nimai a Robert, lo filh legitim. E ten tota la plaça : Darnaudguihem trobarà jamai una femna que siaja « a la nautor » de sa maire adoptiva.

Robert, lo filh legitim e fier de sa legitimitat, es gelós d’aquel estrangier que li rauba l’amor de sa maire. Manca pas una enchaison de li remembrar que son existéncia es illegitima (es nascut d’una maire qu’a fautat). Adonc l’insulta, e quò es lo pair Faidit que revira aquela insulta en qualitat (en li indicar, d’aquel biais, sa destinada) :

 

Quo es eu que disset lo prumier « bastard » a un Sandrot que comprenguet pas d’abòrd la portada de l’insulta. Mas aviá sentit tota la violéncia que l’autre i aviá botada. E l’enser aviá damandat au pair Faidit çò que qu’era un bastard. Lo vielh era montat blanc : « qui quo es que t’a entau sonat ? » Lo Robert era estat convocat sus l’ora e aviá massat una estorissada de prumiera. La scena de violéncia aviá fait Sandrot malaude pendant tres jorns, passats a sanglutar sus los genuelhs d’Angelina, emb de temps en temps la man rufa dau pair que veniá li firgonar los piaus. « Sabes, Sandrot, los bastards, quo es ilhs que an lo nas lo pus fin… » Robert s’i era pas jamai tornat, mas se pogueren jamai prener per frairs.

 

[C’est lui qui avait dit le premier « bâtard » à un Sandrou qui n’avait pas compris tout de suite la portée de l’insulte. Mais il avait senti toute la violence que l’autre y avait mise. Et le soir il avait demandé au père Faidit ce qu’était un bâtard. Le vieux était devenu livide : « qui est-ce qui t’a appelé comme ça ? » Robert avait été convoqué sur l’heure et avait reçu une belle raclée. La scène de violence avait rendu Sandrou malade pendant trois jours, passés à sangloter sur les genoux d’Angéline, avec de temps en temps la main rude du père qui venait lui ébouriffer les cheveux. « Tu sais, Sandrou, les bâtards, ce sont eux qui ont le nez le plus fin… » Robert n’y était jamais revenu, mais ils n’avaient jamais pu se considérer comme des frères.] (Sorne Trasluc p. 173).

 

Tornam sus lo diminutiu Sandron que, dich per mamà Faidit, es la pròva que Darnaudguilhem a reüssit a ganhar l’amor mairal per se tot sol.

 

Adonc, lo comissari es au còp l’òme de piaus blancs poderós e respiechat – mas que jamai podrà tornar trobar dins paguna femna l’amor que li pòrta sa maire adoptiva – e lo mainatge escorjat viu que dietz ans de temps a pas agut drech a l’amor e es estat esmanciat de mòrt. Aquela feblesa es materializada, me sembla, per son genuelh malaude, que serà operat e adobat ; mas ne’n serva lo sovenir…

 

 

Masdelbòsc, doble sorne de Darnaudguilhem

 

Es lo medecin-legista. Sa vita es parallela a la de Darnaudguilhem : se coneisson dempuèi lo liceu, son anats ensemble a la Facultat, son estats tots dos abandonats per lors femnas :

Lo doble naufratge de lors cobles aviá aprueimat los dos òmes que s’eran consolats dins de las serenadas un pauc tròp aigadas, si lo mot aiga podiá aver enquera una significacion per ilhs. Totparier, s’eran surtits de quela meschanta passa, e ne’n avián gardat nonmàs lo sovenir de gòrjas pastosas e de piaus doleirós. De temps en temps, parlavan dau bon vielh temps ente avián de las femnas davant un bon sopar mitonat per Masdelbòsc que s’i coneissiá en vianda, coma aimava zo rachanar, e un gobelet de vielha pruna era ‘laidonc la sola feblessa que los dos amics se permetián en visar un vielh film negre ente Bogart, Orson Welles o Peter Lore se raletavan dins de las vilas sornas, lo còu de manteu de plòia bien montat sus las aurelhas.

 

[Le double naufrage de leurs couples avait rapproché les deux hommes qui s’étaient consolés dans des soirées un peu trop arrosées, si la notion d’eau pouvait encore avoir une signification pour eux1. Pourtant, ils s’étaient sortis de cette mauvaise passe, et en avaient seulement gardé le souvenir de bouches pâteuses et de mal aux cheveux. De temps en temps, ils parlaient du bon vieux temps où ils avaient des épouses devant un bon souper mitonné par Masdelbosc qui s’y connaissait en viande, comme il aimait le dire en ricanant, et un petit verre de vieille prune était alors la seule faiblesse que se permettaient les deux amis, en regardant un vieux film noir où Bogart, Orson Welles ou Peter Lore se faufilaient dans des villes sombres, le col de leur imperméable bien remonté sur leurs oreilles.] (Vautres que m’avetz tuada, p. 47-48)

 

[Les épouses des deux hommes sont envers eux aussi désagréables l’une que l’autre. Celle de Masdelbosc lui reproche de lui préférer des cadavres plus ou moins frais, le traite d’incendiaire nécrophile et elle a emmené ses enfants au loin pour les sauver de leur père. Elle semble psychiquement peu solide et a passé quatre ans en hôpital psychiatrique. Celle de Darnaudguilhem l’a trompé bien souvent, avant de devenir la femme d’un employé de préfecture ; il la retrouvera, par hasard, dans une boîte de nuit échangiste de Maraval, le Finamore. Quant à leurs enfants, ils leur ont donné de nombreux soucis à leur adolescence. Les filles de Masdelbòsc ont quitté le domicile familial à dix-sept ans et ont failli mal tourner, avant de se marier et de devenir, l’une assistante sociale, l’autre institutrice. Quant au fils de Darnaudguilhem, Frédéric, il a échoué deux fois au baccalauréat. Au fil des romans, il finit par l’obtenir, entre à la Faculté de droit, et passe le concours de l’École de Police, pour devenir « flic comme papa. » Prolongement de son père, il mène l’enquête à sa place au début du roman Chamin de Copagòrja. Les deux hommes la termineront ensemble.]

 

Darnaudguilhem e Masdelbòsc son tots dos chafrats, emb de chafres polisemics que parlan de nas : Sent-la-Mòrt designa au còp lo niflament perpetuau de Masdelbòsc e l’odor especiala que li ten a la peu, « coma peisson a peissonier » (es l’odor de la mòrt que permena emb se, puèi que s’ocupa de cadabres tota la jornada…)

Masdelbòsc trabalha dins un endrech misteriós e sauvestrós, sa « caverna » (Tòrnas de Giraudon, p.120), qu’es l’Institut Medicau-Legau, lo depositòri, o « reiaume daus mòrts » (Sorne Trasluc, p.98), o ben « l’Infern », que lo comun daus mortaus l’i pòt pas dintrar. Son saber es un saber iniciatic. Veiquí sa descripcion, facha per Guita :

 

Lo coneissiá, queu-quí. Era vengut lor far cors a l’escòla (de polícia), lor parlar de cadabres purits, tots belinants de cussons, de penduts de la lenga blueia, de cervelas espandudas sus los murs, de ventres esbudelats a còps de sagna-vielha, de clòscas fendudas de còps de apcha.

[Elle le connaissait, celui-ci. Il était venu leur faire cours à l’école, leur parler de cadavres pourris, tout fourmillant de vers, de pendus à la langue bleue, de cervelles répandues sur les murs, de ventres étripés à coups de surin2, de crânes fendus à coups de hache.] (Sevdije, p.7)

 

Es una mena de Satan guinhard, qu’es totjorn preste de prener fuòc emb sas cigarretas : au còp poderós en causa de son saber infernau, e abasit per aquel saber, en defòra dau monde ordinari. A trobat dos moiens per subreviure : l’umor negre e l’alcòl.

 

Çò-ditz Darnaudguilhem :

Aprep tot, quilhs paubres medecins an ben lo drech de colhonar de temps en temps, quò los aida a voidar un pauc l’angoissa. TG p. 119

[Après tout, ces pauvres médecins ont bien le droit de déconner de temps en temps, ça les aide à libérer un peu leur angoisse.]

 

Lo Robert de chas Faidit

 

Ganhaire l’apela « lo fraire de sopa » (Chaminde Copagòrja, p. 108)

 

Se pausa pas de questions sus lo monde, a pas de nostalgia, a pas paur de las tecnicas modernas nimai de las femnas que se dona quitament pas la pena d’eissaiar de las sedusir. Coneis pas la fin’amor, coneis nonmas lo sexe (cf. Vautres que m’avetz tuada, p.156)

 

Es vist per los uelhs de Darnaudguilhem, un pauc gelós totparier… Ne’n avem una transposicion feminina dins Çò-ditz la Pès-Nuts, emb la fòla, Andréa

 

Lo dròlle aviá jamai bien saubut si quo era una sòr dau pair o b’etot de la mamet, o quauqua cosina aculhida per pitat. L’Andrea era un pauc fòla. Quo era subretot una garça. Semblava aver pres lo goiat en maliça e perdiá pas una ocasion quant eran tots solets de li dire de las orrors, ente era question entre autras chaitivariàs d’una mair que aviá bien ‘gut çò que ‘la meritava. Quo era ela que per lo prumier còp l’aviá ‘pelat bastard, e per lo darrier tanben. Lo pair aviá auvit e sens la mamet e son padelon, quò passet prep que estrangle la garciera. Ela disset jamai ren pus, mas las guinchadas negras e daus uns còps los signes de crotz ne’n fugueren pas mens verenós. (Çò-ditz la Pès-Nuds p. 52)

 

Robert, chafrat Frankenstein

 

Masdelbosc tanben a son Robert, personatge comic, obsedat sexuau, chafrat Frankenstein (per allusion au filme, mas dins lo roman de Mary Shelley, Victor Frankenstein es pas lo mostre, es lo creator dau mostre, e lo mostre a pas de nom)

 

Lo comissari ‘nava tornar partir quand se sovenguet que era vengut querre quela famosa clau. Damandet au grand magre si sabiá ente ‘l’era, e l’autre faguet signe dau babinhon vers la sala de disseccion. E Darnaudguilhem veguet dins sos uelhs una lusor que li faguet pensar que Frankenstein aviá trobat sa promesa, e que quela d’aquí fariá bien d’espiar dernier ela en segre los corredors. « Sab pas ente ‘la conhada, vau li damandar ». Lo comissari laisset lo monstre ‘nar far sa cort en se raletar dins la sala de copar. Queu-quí tornet, la mina enquera mai sorna. « La vos vòu veire », e la jalosia remolhet dins l’espiada globulosa que lancet au policier, e dins lo resson de sos pas que faguet tant sec que poguet, maugrat sas suchas de caotchoc.

[Le commissaire allait repartir quand il se souvint qu’il était venu chercher cette fameuse clé. Il demanda au grand maigre s’il savait où elle était, et l’autre désigna du menton la salle de dissection. Et Darnaudguilhem vit dans ses yeux une lueur qui lui fit penser que Frankenstein avait trouvé sa promise, et que celle-ci ferait bien de regarder derrière elle en suivant les couloirs. « Je ne sais pas où elle l’a fourrée, je vais lui demander ». Le commissaire laissa le monstre aller faire sa cour en se glissant dans la salle de découpe. Celui-ci revint, la mine encore plus sombre. « Elle veut vous voir », et la jalousie était perceptible dans le regard globuleux qu’il lança au policier, et dans l’écho de ses pas qu’il fit aussi sec qu’il put, en dépit de ses sabots de caoutchouc.] (Las tòrnas de Giraudon, p. 47-48).

 

E quò se passa particularament mau coma Brigita Almeida, remplaçanta de Masdelbosc :

 

la doctoressa li aviá fotut lo genuelh dins los nosilhons, li aviá balançat son sac plen de Diu sap quala besunha per lo morre, e, per far bona mesura, li aviá esgrafinhat las jautas a plenas unglas. E la Brigita aviá pas balançat doàs segondas. Aviá fotut sa blauda a la figura de Masdelbòsc que s’era amenat leu-leu au bruch de la baralha. E aviá fotut lo camp, en dire que demorariá pas mai de temps dins queu nis de psicopatas, « òc de psicopatas, au plurau ». E aurá, lo paubre Sent-la-Mòrt era tot sol per renhar sus la botica, rodilhar los candidats a l’esbocinatge, far lo trabalh, los tornar petaçar e lor far un pauc frimossa ‘vances de los tornar a lor parentela. L’autre esfoudit tornariá plan dins dos tres jorns, la coá bassa, faliá z’esperar per lo mens, los dos : que tornesse, e qu’aguesse la coá bassa.

 

[la doctoresse lui avait fichu le genou dans les testicules, lui avait balancé par la figure son sac plein de Dieu seul sait quoi, et, pour faire bonne mesure, lui avait égratigné les joues à pleins ongles. Et Brigitte n’avait pas hésité deux secondes. Elle avait jeté sa blouse à la figure de Masdelbosc qui était arrivé à toute allure au bruit de la dispute. Et elle avait fichu le camp, en disant qu’elle ne resterait pas plus longtemps dans ce nid de psychopathes, « oui, de psychopathes, au pluriel ». Et maintenant, le pauvre Sent-la-Mort était tout seul pour régner sur la boutique, pousser les chariots des candidats à l’éventration, faire le travail, les raccommoder et leur redonner une jolie frimousse avant de les rendre à leur parentèle. L’autre fou reviendrait bien dans quelques jours, la queue basse, il fallait l’espérer du moins, les deux : qu’il revienne, et avec la queue basse.] (Las Tòrnas de Giraudon, p. 282.)

 

 

Per ‘chabar : lo Mau e la justícia

 

Lo Mau es pertot present dins lo monde, coma una idra que totjorn tòrna nàisser :

 

Lo comissari espiava lo bonur simple de las chausas ‘chabadas. Lo grun dins los silòs, las bolas de palha bien renjadas jos los alapens, dins las granjas o jos lors coitias de plastic negre. Una annada de trabalh clausa. Un temps de repaus, plen de la satisfaccion dau dever acomplit… Quela frasa simplista, moralisatritz, l’aviá totjorn fait rire, Darnaudguilhem.

« Quante t’ocupas d’òmes, li aviá dich Masdelbòsc un jorn de luciditat o de sadolariá, coma vòles tu conèisser la satisfacion dau dever acomplit… I a jamai ren de ‘chabat, tot es totjorn a tornar començar… »

Eran convenguts que venián d’aver una fòrta pensada, s’eran tornats servir un grand armanhac, o un conhac benleu, e avián franchit la nuech dins un apilotament de nesciarias per ivronhas cornards. (Chamin de Copagòrja, p.152.)

 

Un còp lo crimi resolgut, ne’n chaudrà resòure d’autres, çò qu’es lo principi de las serias policieras.

 

Lo trabalh dau policier es pas de far justícia, es de trobar la veritat, o per lo mens de se’n aprueismar. (Per exemple, a la fin de Las Tòrnas de Giraudon, i a mai d’un raconte per explicar lo murtre de Guido l’italian, e es pas bien clar si es estat tuat per Berengiera o Elieta…)

 

Mas per comprener lo crimi, lo policier se deu botar dins la peu de l’assassin, es a dire dau costat dau Mau.

Quò se vei desjà dins lo primier roman, Sorne Trasluc : Marieke a agut rason de tuar Azram, que desvirava lo monde (predator sexuau, vendaire de dròga, teorias nazia de la superioritat daus Frairs de las Estelas sus lo demai dau monde, a fach lo malur de son fraire…) E Darnaudguilhem empleja de moiens illegaus : Lo Lambinier trabalha per ilh, a l’escondut…

 

Parier dins Las tòrnas de Giraudon, onte quò es dich clarament :

 

Lo comissari comprenguet laidonc que eu, Darnaudguilhem, era passat dau costat daus asassins. En pensada per lo mens. Veiquí que lo raconte d’Elieta e tota l’istòria malastrosa de Giraudon semblava li donar rason, e lo comissari se veguet brandir ‘na pala e estordir Guido, Josep e perqué pas quauques uns de mai, que aurián portat tòrt a Berengiera. TG, 263

 

Parier dins Vautres que m’avetz tuada

Gwenaëla es estada esterilizada sens zo saber… Sa vita es fotuda. E los medecins qu’an fach quò se son ameritat lor mòrt.

 

Parier dins Chamin de Copagòrja :

Darnaudguilhem, immobilizat per son operacion dau genuelh, mena dins aquel roman una enquesta totalament illegala, emb l’ajuda de Marcelon Dets de Fada que va fossinar dins los archius internacionaus a Aulnay sous Bois. Per tornar trapar un libreton de chançons qu’explica lo murtre, damanda l’ajuda dau Pair Gardilhon :

 

Òc, quo era ben quò, los caractaris, las portadas, la paja que mancava, que Revelhas aviá entre las mans en dos bocins. Eslonhet la beca d’un geste de la man.

La garça tornet a l’ataca, seguida d’una autra, puei d’una autra enquera. Lo luòctenent s’esbraceiet en petonar, mas quò i faguet cap de bric. Trapet la prumiera chausa que li tombet jos la man, a saber lo recuelh de chançons, tustet de çai de lai. Per sole resultat, una prumiera fissada dins lo còu. Lo vonvonament se faguet mai fòrt, e auvit dins l’autra peça Saumanda que badava. Una chadiera tombet, puei un telefòne s’esbolhet per terra en eschinlar. Saumanda bombet dins lo bureu un unlar au secors, que pertant si era pas daus pus fins era maitot coratjós, seguit per una niblassa de beccas que li semblavan pas voler dau ben. Lo gendarma s’embarret a la lesta dins las comoditats, laissnt l’eissam, esmalit d’aver perdut sa tòca mas tesicant de ne’n trobar una autra, se desvirar dvers Revelhas que bombet dins la sala de recepcion ente un mossur bien vestit veniá sinhalar la raubada de sa veitura davant chas se. Lo paubre tombava bien mau e fuguet environat de centenas de becas que semblavan lo voler amistonar de près. […]

 

Sonan lo pair Gardilhon a la rescossa :

 

Lo pair Gardilhon faguet bravament vite, a penas cinc minutas après lo còp de telefòne, bombet dins la gendarmariá, en combinason bien cinglada, la figura a l’acialat d’una palhòla eslonjada d’un fialat que niai belhas, niai becas podián passar au travers. Aviá quitament ‘gut lo temps de trobar de l’ajuda, que la gendarmariá, faliá pas colhonar emb quò. E quò es doas morricas que comenceren d’espandre, emb dos grands bufadors, una fumada rossa que si deviá tuarlas becas aviá tota chança de far prier coma los crestians. Los malurós planhent fuguet traguit de la recepcion, uflat de pertot, poschant coma un peitrenari, e laissat a l’abandon sus la pelusa, dau temps que los dos valhents sodards tornavan dins l’infern becatier. Enfuma que t’enfume, lo diable t’enfume ! Una niblassa pudenta envasiguet la recepcion, se colinet jos las pòrtas dau pitit bureu e dau p issador, forçant lors ocupaires a ne’n surtir, cafelant, escupissant, purant, l’un per la fenestra que donava sus lo conh d’erba desjà ocupat per lo ciutadan dslenat, l’autre en traversar la recepcion a grands vironaments de braç, unlant de paur negra.

 

Parier tanben dins Sevdije : Xavier Cardoso a venjat Sevdije, tuada en causa dau monde dau Servici d’« ajuda » aus estrangiers (a degut tornar dins son país onte sabiá que seriá tuada).

 

E parier dins aquela istòria, pas enquera publicada, titolada « Lo present de Darnaudguilhem », onte lo comissari reçaup en present lo passapertot de Mercelon Dets de Fada. Se pòt pas parcir d’eissaiar dins la pòrta d’una vesina… e se fai massar :

 

Onze oras picavan a Senta Aulaia quante lo comissari se decidet tornar prener lo chamin de la rua Nauta de las Comeimias, de l’autre costat de la Fonladosa, rasis Sent Jòrdi. Fasiá mens chaud e la permenada era agradiva. Bien tranquilla, la rua Nauta de las Comeimias, bien sorna tanben, que los luminaris ‘vián degut sufrir de quauqua ren e s’eran tuats. Degun, pas un quite chat… Ideau per un cambirolatge… E Darnaudguilhem saubet que l’ideia que li trotava per la testa dempuei queste aprep-miegjorn veniá una evidéncia… Cinc o sies maisons ‘vances la soa, lo 32, i ‘viá una basticòla anciana, au 20, ente aviá jamai vut degun, portau de bingois, vergier en boija, contravents barrats, voida, qué. Ideala per un aprendís cambirolaire. Còp d’uelh a drecha, còp d’uelh a mance, escuretat, silenci. Lo còr en gipa-japa, lo comissari se sentiguet d’un còp dins la peu d’un raubaire, e quela profession montet d’un degrat dins son estima. Se tornet engulhar la vesta, que sa chamisa clara era tròp d’aisat veire, butiguet lo cledon que gemet a l’en far trassalhir, se doblet demest la ortrujas e las monta-au-ceu, e en doas escambaladas fuguet au pitit balet de doas marchas e s’aclatet dins la palena. S’esperava veire una fenestra d’en fàcia se drubir e una votz espaurida credar au raubaire, atropelant lo vesinatge. Ren, pas un quite bruch.

Totjorn d’a grata-pauta, montet jurcinc’a la pòrta. Lai començava lo vrai trabalh. Las mans moissas, tiret de sa pòcha lo gatge infernau tot plen de l’esperit de Marcelon e que semblava remudar tot sol entre sos dets. Paubre pitit debutaire… Pas de lum. M’auriá pogut donar tanben quauque lampisson, Dets-de-Fada, e un biais de tendra malediccion s’envolet dins la nuech. Fau creire que i a un Bon Diu per los einnocents, que en dos tres gratissatges, un pitit crochet chausit a l’asard trobet lo cròs de la sarralha. Que far aura ? Fodinar, firgonar, frodassar, quo es pas lo vocabulari que manca, mas quo es au pus prep tot parier coma resultat. D’un còp Darnaudguilhem subresautet, un pitit clacament se veniá de far auvir dins la sarralha. I podiá pas creire. Viret lo gròs boton de cobre dau mitan dau batant, butiguet un pauc, e lentament la pòrta se drubiguet.

Sa jòia e sa fiertat dureren pas longtemps. Son telefonet vibret dins sa pòcha. Un còp d’uelh au telon luminós dins la sorniera, un retorn dau 10-22. Comissariat de Maraval, escote… Una pita votz chuchetada, una votz de vielha femna li venguet dins l’aurelha emb una curiosa impression d’estereofonia. A ! La polícia ? I a quauqu’un que eissaia de rentrar chas me, venetz regde, regde, ven de drubir la pòrta de defòra, e crese que son dos que ai auvit parlar…

 

Laidonc, vesem que Darnaudguilhem, personatge que sa naissença es illegitima, mena d’enquestas en usar d’illegalitat…

 

Es pas lo trabalh dau policier de far la justícia : a nonmas de cherchar lo copable. Mas l’escrivan, eu, restablís la justícia en complir la venjança d’un biais virtual : lo cirurgian Lacòt-Labarta serà trobat encranilhat ad un crochier de bochariá… (vianda per vianda, quò es la lei dau Talion)

 

 

Fabiana GARNERIN

 

 

 

1 Le jeu de mots, qui repose sur l’étymologie du verbe aigar, arroser, est intraduisible en français.

2 Cette traduction demeure imparfaite, car le français n’a pas d’équivalent pour l’occitan « sagna-vielha », mot composé du verbe « sagnar » et de son complément, qui signifie littéralement « saigne-vieille ».

A propos

Jean Ganiayre, Conseiller Général du Canton de Brantôme,

Président de la 3°Commission (Sociale),

Président du Bureau de la Commission Locale d’ Insertion du Nontronnais.

Membre de la Commission des Droits à l’Autonomie des Personnes Handicapées,

Membre du Conseil d’ Administration de l’Agence Culturelle Départementale,

Membre du C.A. du Conservatoire à Rayonnement Départemental (Ancienne Ecole de Musique),

Membre du C.A. de Ciné-Passion.

Et ce n’est pas tout !

Président du G.A.L. Leader du Périgord Vert (fonds européens),

Vice-Président du Pays Périgord Vert.

Et…

Délégué à la Langue et Culture occitanes,

Délégué aux affaires médicales,

Membre de la Commission Préfectorale Nature, sites et Paysages.

Je crois que c’est tout. (et puis bien sur, membre des Conseils d’ Administration des trois établissements médico-sociaux du canton : Maisons de retraite de Brantôme et Bourdeille, Foyer d’Accueil La Prada à Bourdeille).

 

octobre 2019
L Ma Me J V S D
« sept    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Catégories

Archives

Visitors Online